International
URL courte
106
S'abonner

Le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière affirme que l'Allemagne pourrait refuser l'accès aux réfugiés sur ses frontières.

Selon le Die Welt du dimanche 13 décembre, il a déclaré que "l'espace Schengen ne pourrait pas exister longtemps sans exercer le contrôle sur ses frontières, si le système de protection des frontières extérieures ne fonctionne pas".

Thomas de Maizière a rappelé que l'éventualité de la fermeture des frontières avait été examinée lors des débats de septembre. A l'époque, il a été décidé de renoncer à l'idée d'arrêter l'accueil des réfugiés en Allemagne. Il a cependant refusé de faire des prévisions sur le nombre de migrants qui pourraient arriver en Allemagne en 2016.

Fin novembre dernier, Thomas de Maizière a proposé d'introduire des quotas de réfugiés annuels au sein de l'UE. Selon lui, les exceptions individuelles ne devaient concerner que les personnes devenues "en effet victimes des persécutions politiques dans leur pays". Il a également appelé à renforcer la protection des frontières extérieures de l'Union européenne et à intensifier les échanges d'informations entre les services secrets des pays européens en vue de prévenir de nouvelles attaques terroristes.

Selon les prévisions du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le nombre de migrants au cours de ces deux prochaines années pourrait atteindre 850.000 personnes. Actuellement, la Grèce à elle seule voit affluer 4.000 étrangers par jour.

 

Lire aussi:

Général Pinatel: il devient clair que c'est la Turquie qui a organisé l'envoi des migrants
Environ 880.000 migrants arrivés en Europe via la Méditerranée en 2015
Les immigrés allemands ne souhaitent pas plus de migrants
Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Tags:
Allemagne, Thomas de Maizière, Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Die Welt, réfugiés, migrants, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook