Ecoutez Radio Sputnik
    Su-24,la base militaire de Hmeymim, en Syrie

    Attaque du Su-24 russe: la Turquie risque de se créer un entourage hostile

    © Sputnik. Dmitryi Vinogradov
    International
    URL courte
    La Turquie abat un Su-24 russe (187)
    68129801286

    Après l'incident du bombardier russe, Ankara risque de se retrouver dans un entourage d'Etats hostiles.

    Outre le fait qu'elle exerce un impact négatif sur les relations entre Moscou et Ankara, l'attaque lancée par les militaires turcs contre le bombardier russe Sukhoi Su-24 peut nuire aux intérêts de la Turquie sur la scène internationale, écrit le quotidien turc Today's Zaman.

    La Russie possède une base militaire à Gyumri, en Arménie, non loin de la frontière turque. En outre, la Russie a déployé dans sa base (d'Erebouni — Ndlr) des hélicoptères de combat Mi-24 et Mi-8. Si la Russie arrête les ventes de gaz à la Turquie, celle-ci pourrait compter sur l'Azerbaïdjan, mais ce dernier se trouve dans la sphère d'influence russe. Acheter le gaz à l'Iran, à Israël et à l'Egypte sera aussi problématique. En réponse à l'attaque du Su-24, le Kirghizistan a annoncé son intention de supprimer le régime sans visa avec la Turquie. Le nombre des pays adversaires de la Turquie croît, et le refroidissement entre Moscou et Ankara se poursuivra même si la tension autour de l'attaque du Su-24 baissera, note le journal.

    "Les actions de la Russie et les déclarations des pays qui la soutiennent font planer l'impression que la Turquie aura des problèmes non seulement dans ses relations bilatérales avec Moscou, mais aussi avec la plupart des républiques post-soviétiques avec lesquelles Ankara avait traditionnellement de bonnes relations. Même certains pays d'Asie centrale, proches de la Turquie sur le plan ethnique, pourraient modifier leur attitude envers elle pour ne pas provoquer l'indignation de la Russie", écrit l'auteur de l'article de Today's Zaman.

    Israël a déjà annoncé qu'il ne se proposait pas de profiter de la crise dans les relations entre la Russie et la Turquie pour resserrer les liens avec cette dernière, surtout à l'époque où il développe activement des contacts avec les "deux ennemis historiques" d'Ankara, à savoir la Grèce et Chypre. En outre, l'Egypte, la Grèce et Chypre se sont entendus pour accélérer les négociations sur la délimitation de la frontière maritime en Méditerranée est. Les négociations sont menées dans le cadre des tentatives pour mettre en place un hub gazier dans la région. En plus, ces trois pays développent des projets conjoints dans le tourisme et les investissements.

    Le Today's Zaman écrit en conclusion qu'entre-temps Chypre et la Russie finalisent leurs négociations sur la possibilité, pour les avions russes, d'utiliser des aéroports chypriotes en situations d'urgence. Ainsi, Chypre devrait autoriser les avions russes à se poser sur ses aéroports pour, en cas de nécessité, évacuer les citoyens russes des pays voisins.

     

    Dossier:
    La Turquie abat un Su-24 russe (187)

    Lire aussi:

    WikiLeaks: Erdogan a épié le Su-24 russe pendant six semaines
    Poutine: la boîte noire du Su-24 ne changera pas la riposte envers la Turquie
    PM turc: un crash comme celui du Su-24 pourrait se reproduire
    Tags:
    gaz, base militaire d'Erebouni, base militaire de Gyumri, Mi-8, Mi-24, Su-24, Kirghizstan, Azerbaïdjan, Chypre, Turquie, Arménie, Egypte, Grèce, Iran, Israël, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik