International
URL courte
Crise migratoire (789)
1511
S'abonner

Le flux de migrants syriens et irakiens à destination de la Suède semble se réduire ces derniers temps. Ce changement a des causes diverses, ainsi que des conséquences pour les pays du Proche-Orient. L’ambassadeur irakien en Suède, Bakr Fattakh Hussein, s’exprime sur ce sujet dans un entretien accordé à Sputnik.

Beaucoup de migrants irakiens, après un périple long et dangereux vers la Suède, s'adressent actuellement à l'ambassade d'Irak dans ce pays pour organiser leur retour. L'interlocuteur de Sputnik explique ce fait par l'absence d'attention particulière envers les migrants de la part des services suédois.

"Nous savons que, ces derniers temps, il y avait un flux de migrants irakiens en Suède. Et à cause de leur nombre important ils n'ont pas reçu de soutien suffisant, en particulier, ceux qui avaient effectué un dangereux voyage vers la Suède. Par ailleurs, le délai d'attente pour l'hébergement a été augmenté", déclare l'ambassadeur qui ajoute que l'ambassade accepte de 15 à 20 demandes de retour chaque jour.

L'interlocuteur de Sputnik souligne que le nombre des migrants a baissé par rapport aux chiffres enregistrés précédemment. Dans la construction des murs aux frontières de certains pays de l'Union européenne, il voit l'une des causes principales de ce changement.

Le problème de sécurité reste très grave dans les conditions actuelles de déplacements des migrants. Selon le responsable, en Suède, les habitants craignent que des terroristes puissent se cacher parmi les migrants. Même les représentants irakiens sentent cette menace de présence de terroristes parmi ceux qui veulent retourner en Irak, conclut l'ambassadeur.

Ambassadeur irakien en Suède: pas assez d’attention pour les migrants
© Sputnik
Ambassadeur irakien en Suède: pas assez d’attention pour les migrants
Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

La Suède rétablit le contrôle à ses frontières
Débordée, la Suède exige la répartition des réfugiés dans les pays de l'UE
Suède: 190.000 migrants attendus cette année
Sous pression migratoire, la Suède contrainte d'augmenter l'âge de la retraite
Tags:
crise migratoire, migrants, réfugiés, Bakr Fattakh Hussein, Suède, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook