International
URL courte
Crise migratoire (789)
19333
S'abonner

Pour beaucoup de réfugiés, la Pologne n'est qu'un lieu de transit vers d'autres pays de l'Union européenne plus riches et plus accueillants.

Contrairement aux autres pays européens, la Pologne ne semble pas attirer particulièrement les réfugiés.

"Personne ne veut rester ici. Impossible de trouver du travail, un appartement, on n'a pratiquement aucune aide financière. C'est pour cela que tout le monde part", explique une Tchétchène musulmane d'une trentaine d'années, élevant seule trois enfants, dans le centre d'accueil de réfugiés à Linin, au sud de Varsovie. 

Elle cache son visage et ne veut pas donner son nom de peur d'avoir des problèmes.


En Pologne, la politique d'intégration est plus virtuelle que réelle et rares sont les réfugiés qui veulent s'établir dans ce pays, jugeant la majorité des Polonais hostile aux migrants, surtout s'ils sont musulmans.


Entre mai et octobre, le nombre de personnes hostiles à l'accueil de réfugiés a plus que doublé, grimpant de 21% à 43%, tandis que le nombre de personnes favorables a chuté de 72% à 54%, selon une étude de l'institut CBOS, rappelle l'AFP.


Adnan Saad, réfugié chrétien arrivé en Pologne avec sa famille et quelque 200 autres Syriens grâce à une ONG chrétienne, voulait initialement s'y ancrer, alors que la plupart de ses compatriotes ont choisi l'Allemagne.

Aujourd'hui, il rejoint petit à petit leur point de vue. Les autorités polonaises "nous ont donné des papiers et ont légalisé notre situation, c'est bien, mais c'est maintenant que nous avons besoin d'aide!", lance-t-il. 

"Je me dis que ceux qui sont partis pour l'Allemagne ont sans doute eu raison", déclare-t-il.
Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Les collégiens polonais apprennent la physique en coulant des réfugiés syriens
En Pologne, les chocolats du président ukrainien ont un goût amer
Renaissance de la censure en Pologne?
Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Tags:
migrants, réfugiés, Europe, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik