International
URL courte
La Turquie abat un Su-24 russe (187)
491348
S'abonner

L'incident de l'avion russe abattu par un chasseur turc dans le ciel de la Syrie a eu pour effet d'occasionner des tendances négatives au sein du monde des affaires turc sur fond d'une crise turco-russe.

L'homme d'affaires et député du Parti républicain du peuple Tahsin Tarhan a accordé une interview à Sputnik Turquie dans laquelle il a évoqué les difficultés des entreprises turques en raison de la crise dans les relations entre la Russie et la Turquie.

Selon lui, la situation entre les deux pays a non seulement une dimension politique, mais aussi économique. Car ces dernières années, les liens entre les deux pays étaient très étroits, amicaux, pour ne pas dire familiaux. Cela s'est traduit par une coopération efficace et mutuellement avantageuse dans les domaines de l'énergie, du tourisme et du commerce.

Le député estime que l'incident avec l'avion russe abattu devait être envisagé uniquement du point de vue politique. Pourtant, la tension qu'il a engendré s'est répercutée sur les contacts économiques entre la Turquie et la Russie. A son avis, les pays devraient aborder le problème en recourant uniquement à des instruments politiques.

"Il est inadmissible que les différends politiques nuisent aux intérêts économiques et à la coopération d'affaires. Ces différends ne doivent pas avoir un impact négatif sur les milieux d'affaires des deux pays", a-t-il déclaré.

Tahsin Tarhan a ajouté qu'une commission parlementaire réunissant des représentants de tous les partis pourrait être formée afin de surmonter la crise et normaliser les contacts avec la Russie. Il est également nécessaire que de larges couches de l'opinion publique participent à ce processus.

De l'avis du député, pour normaliser ces relations, il est impératif d'intensifier les contacts avec les services économiques et diplomatiques russes, tout comme avec les représentants des milieux d'affaires.

"Nous avons des liens étroits dans le bâtiment, dans l'énergie. C'est pourquoi il nous faut faire participer aux recherches d'une issue à la crise nos hommes d'affaires, nos chambres d'industrie et de commerce et nos organisations sociales", a-t-il conclu.

 

Dossier:
La Turquie abat un Su-24 russe (187)

Lire aussi:

L’Europe devrait se méfier de la Turquie
Tourisme russe: l'Italie veut remplacer la Turquie et l'Egypte
La Turquie devient un danger pour tout le monde
«Tu vas en prendre plein la gueule»: un maire met en garde Macron qui prépare son tour de France
Tags:
coopération, économie, Tahsin Tarhan, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook