Ecoutez Radio Sputnik
    Des combattants du PKK

    10.000 militaires participent à une opération spéciale en Turquie

    © AFP 2019 Ilyas Akengin
    International
    URL courte
    201167
    S'abonner

    Les autorités ont décrété un couvre-feu dans plusieurs régions kurdes dans le sud-est du pays.

    Près de 10.000 militaires et policiers turcs mènent une opération antiterroriste d'envergure contre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans les provinces de sud-est de la Turquie, y compris Sirnak, Diyarbakir et Mardin, rapporte le journal turc Yeni Safak se référant à des sources militaires.

    Auparavant les autorités ont instauré un couvre-feu dans plusieurs régions kurdes du sud-est du pays, à Cizre et Silopi, deux districts de la province de Sirnak. Les civils quittent ces régions dangereuses.

    Vingt-cinq membres présumés du PKK ont été tués et huit militaires turcs blessés en deux jours, d'après l'Etat-major général turc. Les militaires démantèlent les barricades minées par les combattants, pour empêcher les militaires d'entrer dans ces villes. 

    La situation en Turquie s'est détériorée après l'attentat du 20 juillet à Suruc, près la frontière syrienne, organisé par l'organisation terroriste Etat islamique (EI ou Daech) et les assassinats de policiers dans les provinces du sud-est de la Turquie, revendiqués par le PKK.

    Au total, plus de 180 policiers, militaires et civils ont été tués par les combattants kurdes ces quatre derniers mois. Les chasseurs turcs attaquent depuis le 24 juillet les positions du PKK dans le sud-est de la Turquie et le nord de l'Irak.

    Lire aussi:

    Les Kurdes syriens démentent avoir reçu des armes russes
    Turquie: un célèbre avocat kurde tué par balles
    Les USA larguent une nouvelle cargaison d'armes aux Kurdes en Syrie
    L'Allemagne continuera à entraîner les kurdes pour lutter contre l'EI
    Tags:
    opération militaire, armée, Kurdes, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Kurdistan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik