International
URL courte
8045
S'abonner

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré que Washington ne s'ingérait pas dans les affaires des autres pays, son but principal étant la paix.

Washington n'essaie pas de renverser le régime du président Bachar el-Assad en Syrie et ne s'ingère pas dans les affaires de ce pays, a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry dans une interview accordée à la télévision russe.

"Il est très important que les citoyens russes comprennent la position des Etats-Unis. Nous n'essayons pas de changer le régime actuel. Nous ne sommes pas impliqués dans une révolution de couleur. Nous ne nous ingérons pas dans les affaires d'un autre pays", a indiqué le chef de la diplomatie américaine.

Selon lui, l'objectif numéro un des Etats-Unis, c'est la paix.

"Cette révolution a éclaté par ce que les jeunes Syriens, avec leur vision de l'avenir, sont descendus dans la rue pour manifester, mais se sont heurtés aux pseudo-milices mises en place par Assad. Qu'est-ce qui est arrivé ensuite? Les parents des jeunes n'ont pas apprécié que leurs enfants aient été battus et ils sont à leur tour descendus dans la rue. Ces adultes ont dû déjà faire face aux balles et aux bombes. C'est de cette façon que la révolution intérieure a commencé", a expliqué le secrétaire d'Etat américain.

Depuis 2011, la Syrie est déchirée par un conflit armé qui a fait plus de 250.000 morts. Une coalition internationale, conduite par les Etats-Unis, porte des frappes en Syrie contre le groupe djihadiste Etat islamique depuis le mois de septembre 2014, mais sans succès évident. Washington a procédé à des frappes aériennes sans avoir obtenu le feu vert des autorités syriennes.

Lire aussi:

Entre Poutine et Kerry, toujours pas d'entente sur qui est "terroriste"
Kerry salue la position russe sur le règlement en Syrie
Lavrov et Kerry confirment le besoin de se mettre d'accord sur une liste des terroristes
Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Tags:
position, John Kerry, Bachar el-Assad, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook