International
URL courte
La Turquie abat un Su-24 russe (187)
451035
S'abonner

Le président russe fait bien la distinction entre le peuple et les dirigeants de la Turquie et ne tient aucunement à ce que les relations entre le peuple russe et le peuple turc ami soient mises en veilleuse.

Pour la Russie, le peuple turc est un peuple ami, et Moscou ne veut pas mettre en veilleuse ses relations avec lui, et quant aux dirigeants actuels de la Turquie, "rien n'est éternel", a déclaré le président russe Vladimir Poutine dans le documentaire Ordre mondial diffusé samedi par la chaîne de télévision Rossia 1.

"J'ai déjà dit dans mon message (à l'Assemblée fédérales, ndlr) et je tiens à répéter une fois de plus que nous considérons le peuple turc comme un peuple ami, et ne voulons pas du tout que nos relations avec ce peuple soient mises en veilleuse. Quant à la direction turque actuelle, rien n'est éternel sous la Lune", a relevé le chef de l'Etat.

Le 3 décembre, dans son message à l'Assemblée fédérale (parlement russe), Vladimir Poutine a qualifié le peuple turc de "bon, laborieux et talentueux", a soulignant que Moscou faisait bien la distinction entre ce peuple et une partie de l'actuelle direction turque, directement responsable de la mort de militaires russes en Syrie. 

Le 24 novembre, un chasseur F-16 de l'armée de l'air turque a abattu un bombardier russe Su-24 impliqué dans la campagne de frappes aériennes contre les positions de l'Etat islamique en Syrie. Selon Ankara, l'avion russe a violé l'espace aérien turc. Moscou dément ces rapports tout en soulignant que son bombardier ne présentait aucune menace pour la Turquie et se trouvait en territoire syrien.

Dossier:
La Turquie abat un Su-24 russe (187)

Lire aussi:

Le Su-24 russe abattu ne présentait aucune menace pour la Turquie
Su-24: Poutine n'exclut pas que la Turquie ait voulu "lécher les Américains à un endroit"
La Turquie devient un danger pour tout le monde
Tags:
frappe aérienne, Su-24, Assemblée fédérale de Russie, Etat islamique, Vladimir Poutine, Turquie, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik