International
URL courte
Situation en Syrie (2014) (607)
29621
S'abonner

Bien que la guerre civile ait forcé des millions d'habitants à quitter leurs demeures en Syrie, certains d'entre eux ne veulent pas quitter ce pays, d'après la chaîne CNN.

Malgré le danger, de nombreux Syriens espèrent rester chez eux, a annoncé la chaîne de télévision américaine CNN dans un reportage consacré à un camp de réfugiés situé non loin de l'aérodrome de Hmeimim, près de Lattaquié, où sont déployés les avions russes engagés dans l'opération antiterroriste en Syrie.

"Les habitants de ce camp se sont retrouvés sans abri, sans famille. Les enfants racontent des histoires horribles sur les crimes des terroristes. Dans ce camp ils se sentent en sécurité. Ils ne veulent pas quitter le pays et ils n'ont pas d'argent pour aller en Europe. Ils veulent rester avec le président Bachar el-Assad", a notamment déclaré Zen Hassan, assistant social, interrogé par le correspondant de CNN Matthew Chance.

Aisha Abdul Rahim, femme d'un soldat de l'armée gouvernementale syrienne, a aussi décidé de rester en Syrie. Cette année elle a quitté Alep, parce que les terroristes y décapitent les membres de famille des soldats syriens.

Selon la CNN, près de 6.000 personnes sont logées dans le camp de Lattaquié. 

"Ils ne représentent qu'une petite partie d'un grand flux de ceux qui sont devenus réfugiés à cause de la guerre civile en Syrie. On nous a ramenés dans ce camp pour montrer qu'il y a des Syriens qui se sentent en sécurité sur les territoires contrôlés par les forces du président syrien", conclut le correspondant de CNN.

Dossier:
Situation en Syrie (2014) (607)

Lire aussi:

L'armée russe n'a pas encore montré toutes ses capacités en Syrie
La Russie prévoit de moderniser ses missiles de croisière pour l'opération en Syrie
Les S-400 russes font le Pentagone ajuster sa stratégie en Syrie
Kerry: Washington ne fait pas d'ingérence en Syrie
Tags:
réfugiés syriens, opération militaire, frappe aérienne, CNN, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook