Ecoutez Radio Sputnik
    Islamistes radicaux à Islamabad (archives)

    Les talibans du Pakistan refusent de s'allier à l'EI

    © Sputnik. Evgueni Pajomov
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    2123

    Les ambitions de Daech "ont peu à voir avec l'Asie du Sud", selon les islamistes pakistanais.

    Armée nationale afghane
    © AP Photo/ Rahmat Gul
    Les talibans pakistanais, à l'instar des talibans afghans, ont refusé de prêter serment au groupe terroriste Etat islamique (EI, Daech) et à son leader Abou Bakr al-Baghdadi, rapporte le journal pakistanais Dawn.

    En effet, ces derniers ont fait une déclaration selon laquelle leur objectif principal était de renverser le régime actuel et d'instaurer un Etat islamique (vivant selon les lois de la charia). Mais les talibans se méfient de Daech car ses ambitions "ont peu à voir avec l'Asie du Sud", note le quotidien.

    "Al-Baghdadi n'est pas un khalife car selon l'islam, cela signifie qu'il guide un certain peuple sur un certain territoire. Son choix ne correspond pas aux règles islamiques", déclarent les talibans. En outre, ils estiment que le leader de l'EI ne contrôle pas suffisamment des pays comme l'Egypte, la Libye, le Yémen et l'Afghanistan.

    Les talibans pakistanais agissent indépendamment des combattants afghans mais sous le même nom. Malgré cela, leurs activités ne sont pas coordonnées.

    La région qui borde la frontière afghano-pakistanaise est celle qui suscite le plus de préoccupations en matière de sécurité, abritant un grand nombre de groupes extrémistes en activité, dont l'Etat islamique. Mais sur ces terres, Daech est en concurrence avec les talibans.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Daech s'empare de territoires dans l'est de l'Afghanistan
    La Russie dans le collimateur de la cellule afghane de Daech
    Un groupe de talibans dissident fait scission
    Tags:
    islamistes, terrorisme, Taliban, Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, Pakistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik