Ecoutez Radio Sputnik
    Afghanistan

    Soucieux d'imposer la "démocratie", les USA ont déstabilisé le Proche-Orient

    © Sputnik. Valery Melnikov
    International
    URL courte
    Situation au Proche-Orient (2015) (38)
    31672

    En s'ingérant dans les processus en cours dans la région, Washington a sapé les institutions démocratiques, ravivé les vieux conflits et armé les djihadistes les plus violents.

    Le principal problème qui est à l'origine des conflits permanents au Proche-Orient consiste dans le fait que cette région n'est pas en mesure de s'auto-administrer, les institutions nécessaires à cet effet étant paralysées par les interventions américaines et européennes, indique Jeffrey Sachs, conseiller spécial du secrétaire général de l'Onu pour les objectifs du Millénaire.

    "Le principal obstacle à la bonne gouvernance au Proche-Orient est l'absence de toute auto-gouvernance: les institutions politiques de la région ont été paralysées par les nombreuses interventions américaines et européennes effectuées depuis la Première Guerre mondiale, et dans certains pays, même plus tôt", écrit l'analyste dans un article pour le magazine Project Syndicate.

    Selon lui, en s'ingérant dans les processus en cours au Proche-Orient, les Etats-Unis "ont sapé les institutions démocratiques (en contestant les résultats de votes en Algérie, en Palestine, en Egypte et ailleurs), ravivé les conflits au point de les rendre chroniques et armé les djihadistes les plus violents".

    Selon Jeffrey Sachs, cinq principes fondamentaux doivent être mis à la base d'un "nouveau Proche-Orient".

    "Premièrement, et c'est le principe le plus important, les Etats-Unis doivent cesser les opérations secrètes de la CIA visant à renverser ou à déstabiliser les gouvernements dans différents points du globe", affirme l'expert. Il estime également que pour atteindre ses objectifs géopolitiques, Washington doit agir via les organismes légitimes, dont le Conseil de sécurité de l'Onu.

    "Quand la Russie, membre permanent du Conseil de sécurité ayant le droit de veto, s'est opposée à l'idée de renverser le président syrien Bachar el-Assad soutenue par les Etats-Unis, ces derniers auraient mieux fait de ne pas organiser des opérations secrètes en vue de le renverser", souligne M. Sachs.

    Les Etats-Unis doivent comprendre que leur tendance à imposer la "démocratie" au Proche-Orient ne fait que renforcer les organisations islamistes.

    Enfin, l'édification d'un "nouveau Proche-Orient" est inconcevable sans un système éducatif de qualité et les efforts visant à protéger l'environnement dans la région.

    Dossier:
    Situation au Proche-Orient (2015) (38)

    Lire aussi:

    L’instabilité au Proche-Orient, conséquence des actes des USA
    Proche-Orient: l'influence russe grandit au détriment des USA
    Proche-Orient: les USA renforcent leur présence navale
    Tags:
    islamistes, ingérence, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, CIA, Proche-Orient, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik