International
URL courte
18256
S'abonner

Deux groupes de terroristes de Daech se sont entraînés pour mener en Europe des attentats-suicides ou des attaques semblables à celles de Paris.

Selon le quotidien norvégien Dagbladet, le premier groupe terroriste est déjà arrivé en Europe. Un autre se trouve actuellement en Syrie après s'être entraîné dans un camp militaire situé entre Sinjar et Mossoul en Irak.

L'information provient d'une source connaissant bien la situation en Syrie (précédemment, la source avait déjà fourni des informations véridiques). Le service de renseignements norvégien PST a confirmé à Dagbladet être au courant de l'information.

"Le PST est au courant. Mais je ne voudrais pas entrer dans le détail de l'information dont dispose le PST", a dit son porte-parole Trond Hugubakken.

La source de Dagbladet a communiqué qu'initialement le premier groupe comprenait 300 personnes. 28 d'entre elles ont été tuées en Syrie dans des bombardements et des fusillades. 272 terroristes sont arrivés en Europe et restent inactifs jusqu'à nouvel ordre.

Un autre groupe de 150 combattants reste en Syrie. 112 d'entre eux ont déjà suivi un entraînement en Irak. Selon la source du quotidien, il y a environ deux semaines ils se sont rendus à Raqqa, la capitale de Daech en Syrie. Le groupe est commandé par un djihadiste allemand de Daech.

"Le flot d'information sur les terroristes est immense. Certaines informations sont véridiques, mais le plus souvent elles sont fausses. Leur quantité augmente après les attaques terroristes, notamment après celles de novembre à Paris. Le PST travaille en permanence sur l'analyse et la vérification de ces informations", a noté M. Hugubakken.

 

Lire aussi:

Attentats à Paris: l'un des terroristes condamné huit fois et jamais incarcéré
Attentats de Paris: les terroristes utilisaient un système de chiffrement sophistiqué
Assad: l'Europe et la Turquie ont fait de la Syrie une pépinière de terroristes
Tags:
Etat islamique, Raqqa, Mossoul, Irak, Syrie, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook