Ecoutez Radio Sputnik
    Ioulia Timochenko

    Comment des lobbyistes allemands vinrent au secours de Ioulia Timochenko

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    International
    URL courte
    7232

    Les journalistes du magazine allemand Der Spiegel ont mis la main sur des documents secrets présentant les tractations sans précédents d'une compagnie de relations publiques allemande ayant pour but de faire sortir Ioulia Timochenko de prison.

    En 2011, Ioulia Timochenko a été placée en détention et condamnée à sept ans d'emprisonnement pour abus de pouvoir dans le cadre de contrats gaziers signés entre l'Ukraine et la Russie, en 2009, et accessoirement parce que la dame s'était également soustraite aux impôts.

    Cependant, les amis de Ioulia ont décidé de venir à sa rescousse. Il fallait tout d'abord attirer l'attention de l'opinion publique sur le sort de l'ex-première ministre ukrainienne en renforçant sa présence dans les médias allemands.

    Les partisans de Mme Timochenko se sont adressés à des professionnels dans le domaine des relations publiques chargés d'enjoliver l'image de la femme politique et la libérer vers octobre 2012, date de la tenue des élections parlementaires en Ukraine.

    Le 20 décembre 2011, la société Investor Italia a viré 250.000 euros à la banque Commerzbank à Berlin. Le deuxième virement du même montant devait être effectué plus tard. Arsen Avakov, ministre ukrainien de l'Intérieur, était à cette époque propriétaire de la société Investor Italia qu'il contrôle jusqu'à ce jour, souligne Der Spiegel.

    Les courriels témoignent que M.Avakov s'est immédiatement adressé aux lobbyistes à Berlin et a personnellement remis l'argent aux publicitaires. Néanmoins, ni le ministre ukrainien de l'Intérieur ni l'ex-première ministre ukrainienne n'ont accepté de répondre aux questions des journalistes.

    Cette importante somme d'argent était destinée à la Société German PR and consulting group (GPRC). Les lobbyistes ont fondé leurs espérances sur Lothar de Maizière, ancien ministre des Affaires étrangères de la République démocratique allemande. Il s'est rendu à Kiev pour délibérer sur le sort de la "princesse du pétrole".

    Les "amis" ont noué des contacts avec les membres du gouvernement fédéral, par exemple, avec l'ambassade de l'Allemagne à Kiev. Les proches de Mme Timochenko se sont mis à chercher d'autres solutions afin d'obtenir sa libération. La chancelière allemande Angela Merkel a également rencontré Ioulia Tymochenko.

    Ainsi, la prisonnière devait être traitée dans un centre médical à l'étranger. Les médecins de l'hôpital Charité à Berlin devaient examiner l'Ukrainienne. La GPRC a donné aux médecins des indications précises à cet effet:

    "Les médecins arrivent et disent que Ioulia Timochenko est gravement malade, et c'est tout".

    En avril 2012, le même corps médical a assuré que pour, des raisons de santé, Ioulia Timochenko ne pourrait participer ni aux interrogations ni aux négociations liées à son inculpation.

    Cependant, le rôle majeur dans ce projet a été attribué à la fille de Ioulia Timochenko, qui devait incarner "l'aspect humain et émotionnel" de l'histoire. Le 12 décembre 2011, le Bild a publié une entrevue d'Evgenia Timochenko intitulée "Si ma mère meurt, personne ne l'aidera".

    "Grâce à l'interview de la fille, aux reportages dans les médias et aux consultations des hommes politiques, ce thème est devenu partie intégrante de l'ordre du jour de tous les pourparlers de Kiev avec l'Union européenne et avec Berlin".

    Cependant, les lobbyistes ne sont pas parvenus à faire sortir Ioulia Timochenko pour les élections parlementaires d'octobre 2012. Berlin, à son tour, n'a pas relâché sa pression sur Kiev en faisant la libération de la "princesse ukrainienne" une des conditions de l'association de l'UE et de l'Ukraine. 

    Néanmoins, l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovytch n'a pas satisfait à ces demandes, aucun marché n'a été conclu, et quelques jours plus tard les protestations envahissaient les rues de Kiev. La révolution de Maïdan a renversé Viktor Ianoukovytch et offert la liberté à Ioulia Timochenko. Lors de sa première intervention, Ioulia Timochenko a remercié notamment Angela Merkel pour son soutien, conclut le magazine.


    Lire aussi:

    Ukraine: Timochenko appelle à demander une aide militaire à l'Occident
    Ukraine: un conflit pourrait éclater entre Timochenko et Porochenko
    Où est passée Ioulia Timochenko?
    Macron appelle les Français à se «réconcilier» et dénonce «l'esprit de résignation»
    Tags:
    impôt, révolution, prison, Maïdan, Union européenne (UE), Arsen Avakov, Ioulia Tymochenko, Viktor Ianoukovitch, Berlin, Ukraine, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik