Ecoutez Radio Sputnik
    dinosaure

    Nicolas Cage obligé de rendre un crâne de dinosaure acheté aux enchères

    © Sputnik . Larisa Saenko
    International
    URL courte
    0 160
    S'abonner

    L’acteur américain Nicolas Cage a consenti à rendre aux autorités américaines un crâne de dinosaure qu’il avait acquis à la vente aux enchères pour 276.000 dollars et qui s’était par la suite avéré volé.

    L’artefact doit maintenant être retourné à la Mongolie où il a été découvert, apprend-on de Reuters.  

    La semaine dernière, le parquet de Manhattan a intenté une procédure visant à confisquer ce crâne de Tyrannosaurus bataar et le renvoyer en Mongolie. Nicolas Cage n’est pas mentionné en tant que propriétaire de l’objet, même si le porte-parole de l’acteur a confirmé que M.Cage l’avait acheté en mars 2007 lors d'une vente aux enchères à Beverly Hills (Etats-Unis, Californie). La vedette a remporté l'objet en surenchérissant sur les offres de Leonardo DiCaprio. Son achat était accompagné d'un certificat d'authenticité.   

    Le crâne, qui faisait partie de la collection de fossiles de Nicolas Cage et se trouvait "au cœur d'une enquête sur la contrebande de fossiles illicites", est vieux de 67 millions d'années. 

    En juin 2014, l’Agence de sécurité intérieure des Etats-Unis a informé l’acteur que le crâne en question aurait été volé. Par la suite, l’enquête a révélé qu’on l’avait illégalement fait sortir de la Mongolie.

    L’artefact provenait d’un contrebandier qui se présentait comme un "paléontologue commercial" mais qui avait plaidé coupable l'année précédente pour importation illégale de fossiles provenant de Chine et de Mongolie.

    L’acteur a consenti à rendre le crâne même s’il n’a pas été mis en accusation par les instances judiciaires.  

    Lire aussi:

    David Cameron victime de moqueries sur Twitter
    Arnold Schwarzenegger jouera dans le film bollywoodien Enthiran-2
    Tags:
    Leonardo DiCaprio, crâne, dinosaures, Nicolas Cage, Californie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik