International
URL courte
57230
S'abonner

La Serbie poursuit sa voie vers l’Union européenne sans se heurter à des obstacles extérieurs. Le président serbe Tomislav Nikolic s’est exprimé à ce sujet dans un entretien accordé à Sputnik.

Le président a évoqué les informations parues dans les médias serbes sur les pressions qu'il subirait de la Russie pour empêcher la Serbie d'entrer dans l'Union européenne. Selon M.Nikolic, ni la Russie, ni aucun autre pays dans le monde ne lui dicte sa conduite.

Quant aux relations entre lui et le gouvernement du pays, le président a expliqué que depuis déjà trois ans et demi, il n'avait jamais empêché le fonctionnement du gouvernement, et que ce dernier recevait son total soutien.

"Je ne suis pas une opposition à mon propre gouvernement, et j'espère que nous réussirons. Mais si cela est impossible, je ne voudrais pas que ça se passe comme si je l'avais empêché. Par ailleurs, il n'existe aucun mécanisme qui donnerait au président la possibilité d'éviter l'adoption par le gouvernement de telle ou telle décision", souligne M.Nikolic.

Selon l'interlocuteur de Sputnik, la Russie n'a jamais ordonné quoi que ce soit à la Serbie. Il a souligné l'attitude calme et diplomatique de la Russie envers le processus d'intégration européenne de son pays.

Cependant, M.Nikolic a déclaré que la Russie comprenait ce qu'elle pourrait perdre dans le cas de l'entrée de la Serbie dans l'Union européenne. En particulier, il s'agit de la politique étrangère commune des pays. Par ailleurs, la Serbie pourrait chercher des mécanismes pour éviter une telle approche, conclut M.Nikolic.

Lire aussi:

Serbie membre de l'UE: et si les Serbes disaient non?
Cette longue marche de la Serbie vers l’Union européenne
Vucic: l'UE reproche à la Serbie ses relations avec la Russie
Pour rejoindre l'UE, la Serbie doit accueillir plus de migrants
Tags:
diplomatie, Union européenne (UE), Tomislav Nikolic, Serbie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook