Ecoutez Radio Sputnik
    feu vert

    Berlin ne respecte les sanctions antirusses qu'en paroles

    © Flickr/ Hugo
    International
    URL courte
    13398

    Berlin ne met pas plus de zèle qu'il faut à observer les sanctions contre la Russie. Il ne souhaite pas sacrifier ses intérêts économiques uniquement pour complaire à Washington.

    L'observateur de l'agence Bloomberg Léonide Berchidski écrit que l'Allemagne a mobilisé l'Europe en faveur des sanctions antirusses, mais qu'elle-même ne les observe pas avec un zèle particulier.

    "Les dirigeants allemands soutiennent ces mesures inefficaces essentiellement pour complaire aux Etats-Unis et ont raison de ne pas vouloir souffrir à cause d'elles", signale l'auteur de l'article.

    Ainsi, les Etats-Unis soupçonnent la Deutsche Bank de violer le régime de sanctions et les autorités allemandes de ne pas s'empresser de procéder à une enquête à ce sujet. Le gouvernement fédéral n'a nullement réagi à l'information voulant qu'une société russe dont 65% des actions appartenaient à Siemens ait conclu un contrat de construction de turbines à gaz pour des centrales électriques en Crimée. Selon Léonide Berchidski, formellement, ce contrat n'est pas contraire aux sanctions ni à leur esprit.


    Il évoque également le projet Nord Stream-2 qui "contredit l'esprit des règles énergétiques de l'UE visant à diversifier les livraisons de ressources énergétiques". La chancelière Angela Merkel maintient que le projet du gazoduc est une initiative commerciale privée. D'autant plus que l'Allemagne a besoin de davantage de gaz naturel pour renoncer au charbon et remplir le plan de transition vers des sources d'énergie écologiques.

    Certains politiques européens, plus particulièrement le premier ministre d'Italie Matteo Renzi, accusent l'Allemagne d'hypocrisie. L'observateur de Bloomberg écrit cependant que les sanctions ne sont qu'une déclaration politique.


    "Cette année, le poids des sanctions purement économiques n'a représenté que 10% dans la récession de l'économie russe, soit environ 0,3% du PIB. Elles ont réduit les possibilités des banques et entreprises russes d'emprunter à l'étranger et ont ainsi ralenti leur croissance. En fin de compte, ces banques et entreprises ont remboursé leurs dettes en dollars et en euros, ce qui n'a fait que favoriser leur assainissement financier face à la précarité du rouble. Aucun autre effet tangible n'a été remarqué", note-t-il.

    "Les sanctions étaient une idée des Etats-Unis; la Maison blanche a apprécié le soutien de Merkel", ajoute l'auteur. Les sanctions contre la Russie ont permis aux alliés des Etats-Unis de faire front commun. Cette mesure a déjà apporté des fruits et "il n'était pas pratique d'obliger les entreprises allemandes à payer leur prix". L'auteur estime que trop de zèle de la part du gouvernement aurait été une mesure excessive et contre-productive.

    Il suppose que l'année prochaine, Angela Merkel pourrait s'opposer à Nord Stream-2 pour prévenir un conflit avec les pays du sud de l'Europe. Cependant elle fera évidemment en sorte que ce projet soit conforme aux règles européennes. En l'occurrence, l'Italie et ses voisins se verront obligés de reprendre les négociations sur South Stream, au lieu de "prendre au pied de la lettre la politique apparemment antirusse de l'UE".

     

    Lire aussi:

    Berlin considère comme justes les sanctions antirusses
    Des sociétés bavaroises numériseront Moscou malgré les sanctions
    Les sanctions contre Moscou risquent de ruiner les agriculteurs allemands
    Tags:
    Deutsche Bank, Matteo Renzi, Angela Merkel, Europe, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik