Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi que le rapport rédigé par Amnesty International se compose d'un ensemble de clichés et de faux

    L’Onu garde ses distances avec le rapport anti-russe d’Amnesty International

    © AFP 2019 Vasily Maximov
    International
    URL courte
    84904

    L’Onu ne peut pas confirmer les faits présentés dans le rapport rédigé par l’Organisation non gouvernementale (ONG) Amnesty International, a annoncé le porte-parole adjoint du secrétaire général de l'Onu Farhan Haq.

    Dans le document, il est noté que les attaques aériennes des forces aérospatiales russes sur les positions des terroristes frappent également des objets civils en tuant des habitants innocents.

    "Le secrétaire général a noté avec préoccupation le rapport d'Amnesty International sur les violations présumées du droit international humanitaire qui ont eu lieu à la suite de frappes aériennes russes en Syrie. L'Onu, elle-même, ne peut pas confirmer les cas présentés dans le rapport, " a déclaré M. Haq.

    L'ONG Amnesty International a publié, récemment, une recherche consacrée à l'opération militaire des forces aérospatiales russes en Syrie. Ce document rapporte que l'aviation pourrait bombarder des objets civils en tuant des gens innocents.

    Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi que ce rapport se compose d'un ensemble de clichés et de "faux", et que cette organisation rédigeait ses recherches avec des préjugés négatifs sur la Russie et qu'il n'était pas professionnel de publier des informations non-vérifiées sur l'activité de l'aviation russe en Syrie.

     

    Lire aussi:

    Hôpitaux bombardés en Syrie: la Russie dément et fournit des preuves
    Syrie: Amnesty International accuse l'opposition de crimes de guerre
    Amnesty International dévoile des violations des droits des réfugiés en Turquie
    Hôpitaux bombardés: MSF dément les allégations américaines
    Tags:
    violations, accusations, rapport, hôpital, aviation, bombardements, Armée de l'air russe, ONU, Amnesty International, ministère russe de la Défense, Farhan Haq, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik