International
URL courte
22733
S'abonner

L’état-major des forces armées russes a communiqué à la France des données concernant le déploiement des terroristes turcs en Syrie et le pillage des ressources naturelles syriennes de la part d’Ankara.

Mardi 23 décembre, le chef d'état-major des forces armées russes, Valeri Guerassimov, a partagé des renseignements avec son homologue français le général d'armée Pierre de Villiers, au cours d'une rencontre à Moscou. Les données concernaient le déploiement d'islamistes turcs radicaux, dans le nord de la Syrie, tentant de joindre les rangs de Daech.

Selon la déclaration du ministère russe de la Défense, le général Guerassimov a communiqué l'information sur la poursuite du pillage des ressources naturelles syriennes, dont la vente sert à financer Daech, et il a souligné le rôle de la Turquie dans cette affaire.

En outre, les homologues ont échangé leurs opinions sur la situation en Syrie, établi les perspectives de la collaboration russo-française et ont convenu de partager des informations opérationnelles en vue de coordonner la lutte internationale contre le terrorisme.

"Je tiens à souligner que nous sommes disposés à la coopération avec le ministère français de la Défense dans la mesure où y sont prêts nos partenaires", a déclaré le général Guerassimov.

Les ministères russe et français de la Défense n'avaient plus de contact direct depuis le début de la crise ukrainienne, en 2014.
Mais, après la série d'attentats du 13 novembre à Paris, qui ont fait 132 morts, le président français François Hollande s'est prononcé pour une "coalition élargie et unique" contre le groupe terroriste Etat islamique en Syrie, et a annoncé un début de rapprochement avec la Russie.

Lire aussi:

"Je regrette de faire partie de Daech"
Daech mobilise ses DJ à l'assaut de l'Afghanistan
Lutte anti-Daech: la Suède refuse d'envoyer des chasseurs pour aider la France
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Tags:
Valéri Guérassimov, pillage, Etat islamique, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook