International
URL courte
Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)
106744
S'abonner

Lors des opérations militaires en Syrie, les avions russes n'ont jamais frappé des sites civils, a rapporté le commandant en chef des forces aérospatiales russes Viktor Bondarev, en précisant que les forces armées russes ne visent que les terroristes.

Selon le commandant en chef, les objectifs des opérations ont été soigneusement établis et la coopération avec le gouvernement syrien a été également mise au point.

"Je tiens à dire avec honneur et dignité que mes pilotes n'ont jamais manqué leur cible, n'ont jamais frappé les sites soi-disant "sensibles", à savoir les écoles, les hôpitaux et les mosquées", a déclaré ce dimanche Viktor Bondarev.

En outre, M.Bondarev a également noté que l'installation des systèmes de missiles antiaériens S-400 en Syrie avait permis de "mettre de l'ordre" dans l'espace aérien syrien.

La Russie a installé ces systèmes sur sa base de Hmeimim dans les 24 heures suivant l'incident de son bombardier Su-24 abattu le 24 novembre par un chasseur turc F-16 dans l'espace aérien syrien.

Les missiles sol-air russes S-400, opérationnels 24 heures sur 24 sur la base aérienne syrienne de Hmeimim, dans la province de Lattaquié, garantissent la sécurité des pilotes russes qui bombardent les infrastructures terroristes en Syrie ainsi que celle et du personnel au sol.
Chaque système S-400 est capable de protéger un secteur d'au moins 800 km de diamètre et de détruire 36 cibles simultanément. Ses radars peuvent surveiller jusqu'à 300 cibles à la fois. 

Dossier:
Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)

Lire aussi:

Les frappes russes ont permis d'éviter le pire scénario en Syrie
"La fin de l’EI se rapproche à grands pas"
Syrie: les frappes russes poussent les djihadistes à se retirer de Damas
Le Pr Raoult accusé de «faux témoignage» par l’AP-HP
Tags:
frappe aérienne, terrorisme, aérodrome de Hmeimim, S-400, Etat islamique, Viktor Bondarev, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook