Ecoutez Radio Sputnik
    L'Iran transfère de l'uranium à la Russie

    L'Iran transfère de l'uranium à la Russie

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2015) (124)
    92812

    Un navire chargé de 11.3 tonnes d'uranium faiblement enrichi est parti lundi de l'Iran à destination de la Russie, a annoncé le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

    Le secrétaire d'Etat américain a salué cette démarche de la partie iranienne en la qualifiant d'étape cruciale de l'accord historique sur le programme nucléaire iranien signé l'été dernier.

    "L'une des phases essentielles de la réalisation de ses engagements par l'Iran a été franchie aujourd'hui alors qu'un navire chargé de 25.000 livres (environ 11.330 kilogrammes, ndlr) d'uranium faiblement enrichi a quitté l'Iran à destination de la Russie", a fait savoir John Kerry. 

    L'envoi comprend la totalité de l’uranium enrichi à 20% qui n’avait pas encore été assemblé sous forme de plaques de combustible à destination du réacteur de recherches de Téhéran, a précisé le secrétaire d'Etat américain.

    M.Kerry a également souligné que l'évacuation de tous ces matériaux enrichis hors d'Iran marquait une étape importante dans la réalisation de la promesse faite par Téhéran de ne pas disposer de plus de 300 kg d'uranium faiblement enrichi depuis l'entrée en vigueur de l'accord.

    Le 14 juillet dernier, l'Iran et les 5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu: la Russie, la France, la Chine, l'Angleterre, l'Allemagne, plus les Etats-Unis) sont parvenus à un accord historique sur le règlement du problème nucléaire. Des négociations ont abouti à l'adoption d'une feuille de route dont l'application permettra de lever les sanctions économiques et financières imposées contre l'Iran par l'Onu, les Etats-Unis et l'Union européenne.

    Dans le cadre de cet accord, qui a mis fin à plus d'une décennie d'isolement diplomatique de la république islamique, l'Iran a déjà accepté de réduire le nombre de ses centrifugeuses de 19.000 (dont la moitié en activité) à environ 6.000, pour dix ans.

    Dans le but de rassurer la communauté internationale, Téhéran modifiera également son réacteur à eau lourde d'Arak (centre de l'Iran) afin de réduire la production de plutonium, autre source possible de matière fossile militaire.

    L'Iran doit aussi réduire à 300 kg, pour une durée de 15 ans, son stock d'uranium faiblement enrichi (LEU), actuellement de 10 tonnes, notamment grâce à la vente d'une partie de ces combustibles à la Russie.

    L'Iran a par ailleurs accepté de se soumettre à des contrôles poussés de ses sites nucléaires, y compris à des inspections inopinées de l'AIEA.


    Dossier:
    Nucléaire iranien (2015) (124)

    Lire aussi:

    Poutine lève l'embargo sur des équipements nucléaires pour l'Iran
    Washington prolonge ses sanctions contre l'Iran
    La Russie se dote d'armes capables de contrer le bouclier antimissile
    Tags:
    navires, nucléaire, Conseil de l'UE, ONU, John Kerry, Iran, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik