Ecoutez Radio Sputnik
    Porte-parole du Département d'Etat US John Kirby

    Washington se prend pour la colombe de la paix en Syrie

    © Flickr/ Chuck Hagel
    International
    URL courte
    157693489

    Les déclarations du Département d'Etat américain d'après lesquelles les Etats-Unis ont apporté à la Syrie "paix et sécurité" en 2015 sont, sinon délirantes, du moins déplacées, écrit le Foreign Policy.

    Le magazine américain fait savoir que le porte-parole du Département d'Etat John Kirby a publié, sur le blog officiel DipNote, une déclaration sur le rôle des Etats-Unis dans laquelle il a exposé les réalisations majeures de 2015. Il y a été notamment mentionné que les Etats-Unis, de concert avec d'autres pays, déployaient des efforts en vue d'aider le peuple syrien et que le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait réussi à persuader l'Onu d'engager le processus de transition politique en Syrie.

    Selon le Foreign Policy, il était tout à fait logique de mentionner dans le bilan de l'année le conflit au Proche-Orient, pourtant les mots comme "paix" et "sécurité" ne convenaient pas à la situation dans la région. L'Onu atteste qu'en quatre ans de guerre civile en Syrie environ 250.000 personnes ont été tuées, plus de 11 millions ont fui le pays et quatre Syriens sur cinq vivent actuellement dans la misère.

    Dans ce contexte, Washington cesse de considérer la destitution du président syrien Bachar el-Assad comme son objectif prioritaire et présume que ce dernier pourrait, au contraire, aider à combattre les terroristes. Plus encore, le président des Etats-Unis Barack Obama a rompu sa promesse de ne pas participer à l'opération au sol en Syrie et y a envoyé plusieurs dizaines de membres des forces spéciales. Sur cette toile de fond, il est encore très tôt pour parler de "paix" et de "sécurité" au Proche-Orient.

    La dernière rencontre internationale dans le cadre des efforts visant à parvenir à un règlement politique en Syrie s'est tenue le 14 novembre à Vienne, sans apporter de résultats. Le 18 décembre, à l'issue de 5 heures de débats, le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté à l'unanimité une résolution en faveur du processus politique en Syrie.

     

    Lire aussi:

    Fabius n'envisage plus un départ de Bachar el-Assad avant une transition politique
    Maire de Londres: l’Occident doit collaborer avec Poutine et Bachar el-Assad
    La résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sauve la Syrie d'une catastrophe
    La résolution de l'Onu donne raison à Poutine
    Tags:
    Département d'Etat des Etats-Unis, Conseil de sécurité de l'Onu, John Kirby, John Kerry, Bachar el-Assad, Barack Obama, Vienne, Proche-Orient, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik