International
URL courte
4221
S'abonner

Daech est en passe d'être éliminé entièrement en Irak, a déclaré le premier ministre irakien Haider al-Abadi, après que le drapeau national ait été hissé sur le complexe gouvernemental à Ramadi, fief des djihadistes depuis mai.

Dans son intervention télévisée suite à la libération de la ville de Ramadi, le premier ministre irakien a promis d'anéantir le groupe terroriste Daech en Irak l'année prochaine.

"2015 a été l'année de la libération, et 2016 sera l'année des grandes victoires où toutes les forces de Daech présentes sur les territoires irakien et mésopotamien seront éliminées", a affirmé M. Abadi.

Le chef du gouvernement a également précisé que ses prochaines cibles comprenaient en premier lieu la ville de Mossoul contrôlée par les djihadistes.

"Nous avançons sur Mossoul pour la libérer, ce qui sera un coup fatal pour Daech", a-t-il poursuivi.

M. Abadi a d'ailleurs félicité les militaires pour la libération de Ramadi.

Le 28 décembre, les forces irakiennes ont libéré la ville de Ramadi et ont dressé le drapeau national sur un complexe gouvernemental. Les derniers combattants de Daech ont quitté dimanche ce complexe gouvernemental stratégique de Ramadi, une victoire importante des forces irakiennes dans cette grande ville à l'ouest de Bagdad.

La victoire remportée, les Irakiens de plusieurs villes ont célébré ce succès historique face à Daech, et les forces militaires irakiennes ont défilé à travers des rues de la ville libérée.

Ramadi, situé à 100 km à l'ouest de Bagdad, est le chef-lieu de la province majoritairement sunnite d'Al-Anbar, la plus grande d'Irak et qui est frontalière de la Syrie, la Jordanie et l'Arabie saoudite.

Lire aussi:

L'armée irakienne aurait capturé le "ministre des Finances" de l'EI
Ramadi non loin d'être libérée de Daech
L'armée irakienne revient victorieuse de l'assaut de Ramadi
Bataille de Ramadi: l’Iran fustige l’inaction des Etats-Unis
Tags:
Haïder al-Abadi, Etat islamique, Ramadi, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook