Ecoutez Radio Sputnik
    Les militaires américains en ville

    Les USA entraîneraient leurs militaires en zones urbaines

    © Photo. US Air Force / Brian Ferguson
    International
    URL courte
    11315
    S'abonner

    Les forces armées terrestres des Etats-Unis pourraient éventuellement être obligées d’affronter l’ennemi dans de vastes secteurs urbains densément peuplés où des gratte-ciels surmontent des bidonvilles.

    En conséquence, l’entraînement qu’effectuent les militaires doit être plus réaliste, estime un militaire haut-gradé des forces armées américaines qui a fait cette déclaration dans le contexte d’une menace terroriste croissante.

    "Je me suis entraîné dans des conditions tout à fait différentes: dans la jungle, le désert, les montagnes, dans le froid, mais je ne me suis jamais entraîné dans des zones urbaines", souligne le général de brigade américain Julian Alford cité par Defence News.

    Selon lui, cela pourrait poser un problème étant donné que c’est justement dans une ville qu’il  a "pour la première fois lancé une bombe, un missile, une grenade et a tué un homme".

    "Nous devons faire le point sur la situation et comprendre comment nous allons contrer ce danger considérant que des personnes du monde entier tendent à migrer vers les villes", poursuit M. Alford.

    Le général de brigade est chargé de prédire les lieux des éventuels combats des troupes de marine, d’organiser et d’effectuer des batailles d’essai afin de déterminer le matériel technique et l’équipement scientifique nécessaires.

    Julian Alford affirme avoir déjà demandé aux spécialistes en matière d’informatique de se pencher sur les moyens d’entraîner les troupes dans les conditions particulières d’aujourd’hui "qui deviennent une réalité".

    Lire aussi:

    Les USA aident Daech en tuant leurs "amis" et alliés
    Au lieu d'envoyer leurs troupes en Syrie, les USA inciteront leurs alliés à le faire
    Tags:
    terrorisme, Etat islamique, Julian Alford, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik