Ecoutez Radio Sputnik
    Un camp de Daech

    Les Etats-Unis ne comptent pas venir à bout de Daech en 2016

    © AP Photo / AP Photo via militant website, File
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    31451
    S'abonner

    Washington envisage de priver les terroristes du contrôle de la majeure partie de ses localités, mais Daech continuera d'exister.

    Le groupe Etat islamique (EI, ou Daech) ne sera pas démantelé en 2016, estime le conseiller adjoint de sécurité nationale du président américain Ben Rhodes, cité par CBS News.

    "L'EI continuera d'exister. L'EI ne sera pas éradiqué durant l'année à venir", a déclaré M. Rhodes lors d'un point de presse à la Maison blanche. Et de comparer ce groupe à Al-Qaïda qui, selon lui, "continue d'exister bien qu'il soit affaibli".

    Les Etats-Unis espèrent néanmoins priver l'EI d'un grand nombre de "zones sécurisées", ce qui devrait lui ôter le contrôle de vastes territoires en Syrie et en Irak.

    Ben Rhodes a également espéré que le conflit en Syrie serait réglé par la voie politique et que les Syriens pourraient voir le chemin vers un avenir plus stable et plus pacifique.

    CBS News rappelle l'intervention faite en décembre par le président Barack Obama, qui avait assuré que les Etats-Unis frappaient l'EI plus fort que d'habitude. Le président avait également souligné que Daech n'était pas une organisation capable de détruire les Etats-Unis.

    Les Etats-Unis conduisent une coalition de 65 pays participant aux bombardements contre l'EI en Irak et en Syrie. Dans ce dernier pays, la coalition agit sans l'aval préalable de Damas. Près de 90% des frappes aériennes sont réalisés par l'armée américaine.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    La guerre contre Daech commence à "payer"
    Syrie: l'armée détruit un tunnel secret de Daech
    La France frappe des cibles pétrolières de Daech près de Raqqa
    Tags:
    Etat islamique, Ben Rhodes, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik