Ecoutez Radio Sputnik
    La destruction des armes chimiques

    L'OIAC confirme la destruction totale d’armes chimiques syriennes

    © Sputnik . Pavel Lisitsin
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    10241

    La société américaine Veolia a liquidé 75 cylindres de fluorure d'hydrogène dans son entreprise au Texas. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé que toutes les armes chimiques syriennes sont officiellement détruites.

    Les derniers lots d'armes chimiques syriennes, déclarées par Damas, ont été détruits, ce qui signifie la destruction totale de tous les arsenaux chimiques du pays, lit-on dans un communiqué de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

    "La société américaine, mandatée par l'OIAC pour détruire une partie des armes chimiques syriennes, a achevé la liquidation de 75 cylindres de fluorure d'hydrogène dans son entreprise à Texas", lit-on dans un communiqué, publié sur le site officiel de l'organisation.

    L'OIAC souligne que toutes les armes chimiques que possédait la Syrie sont officiellement détruites.

    Selon le directeur général de l'organisation, Ahmet Üzümcü, "ce processus joue un rôle important dans la destruction totale du programme syrien d'armes chimiques.

    La Syrie a évacué un total de 1.300 tonnes d'agents chimiques. Le transfert de ces armes et leur destruction sont le fruit de l'adhésion de Damas à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques en octobre 2013 dans le cadre d'un accord russo-américain ayant permis d'éviter une intervention militaire américaine en Syrie.


    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Syrie: les djihadistes de l'EI préparaient une attaque chimique
    La France se prépare à une attaque chimique
    L’utilisation de l’arme chimique par l’EI confirmée
    L’Etat islamique soupçonné d'utiliser l'arme chimique
    Tags:
    armements, OIAC, destruction, armes chimiques, Ahmet Üzümcü, La Haye, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik