Ecoutez Radio Sputnik
    Ministère iranien des Affaires étrangères

    Le conflit Riyad-Téhéran profite aux deux parties

    © Wikipedia/ russavia
    International
    URL courte
    La crise irano-saoudienne (2016) (46)
    679444634

    Les experts interrogés par CNN sont unanimes à penser qu'une désescalade du conflit entre Riyad et Téhéran est actuellement impossible, car la montée des tensions profite aux deux pays.

    La chaîne de télévision américaine CNN a présenté les conséquences possibles du conflit entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

    Selon Ian Bremmer, président du cabinet de conseil et de recherche en risques politiques Eurasia Group, Téhéran et Riyad ont intérêt à attiser les sentiments nationalistes dans leurs pays.

    "Il existe des raisons internes pour lesquelles l'Arabie saoudite et l'Iran ne veulent pas faire preuve de prudence dans leurs relations", a déclaré M. Bremmer dans une interview à CNN. L'analyste est persuadé que ce comportement rend le conflit entre les deux pays "particulièrement dangereux".

    "L'Arabie saoudite a expulsé dimanche les diplomates iraniens, après avoir déclaré que l'attaque contre son ambassade à Téhéran était la dernière goutte qui avait fait déborder la vase. Il n'y a rien d'extraordinaire dans le fait qu'au moment de se quereller, les pays procèdent à une expulsion réciproque de leurs représentants officiels. Cependant, la décision de l'Arabie saoudite de rompre les relations diplomatiques avec l'Iran immédiatement après l'exécution d'un chef  religieux chiite risque de constituer un sinistre présage de quelque chose de plus grave", estime la journaliste de CNN Catherine Shoichet.

    Selon Fawaz Gerges, professeur de relations internationales à la London School of Economics, l'Arabie saoudite et l'Iran se trouvent des deux côtés opposés de la barricade dans de nombreux conflits au Proche-Orient, notamment en Syrie, en Irak, en Libye, au Bahreïn et au Yémen. La question est de savoir à quel point la situation peut empirer.

    "La situation est extrêmement instable dans les relations entre les deux Etats puissants du golfe Persique: l'Arabie saoudite à majorité sunnite et l'Iran à majorité chiite. Nous assistons à une guerre verbale, à une guerre par procuration", a indiqué l'expert dans une interview à CNN. Cependant, a-t-il ajouté, "d'ici quelques semaines ou quelques mois, tout cela pourrait dégénérer en quelque chose de vilain et de dangereux".

    L'analyste militaire de CNN, Mark Hertling, n'écarte pas la possibilité d'un conflit armée entre les deux pays. "Les choses évoluent très vite", a-t-il constaté.

    D'après Bobby Ghosh, expert en relations internationales de CNN, "la rupture des relations diplomatiques était pratiquement inévitable, surtout si l'on tient compte du fait que la réaction de Téhéran — comme il fallait s'y attendre — était pleine de fureur et que le guide suprême de l'Iran a promis une «vengeance divine» à l'Arabie saoudite".

    La monarchie wahhabite a pour sa part fait comprendre qu'elle n'avait pas l'intention de céder.

    Cela signifie que Riyad et Téhéran continueront à attiser leur conflit et que dans un avenir proche, il ne peut pas être question d'une désescalade.

    Dossier:
    La crise irano-saoudienne (2016) (46)

    Lire aussi:

    Colère en Iran après l'exécution en Arabie saoudite d'un chef religieux chiite
    Experts: l’Arabie saoudite s’opposera à l’Iran sur le pétrole
    Le pétrole en hausse à cause des tensions entre l'Iran et l'Arabie saoudite
    Tags:
    rupture, relations diplomatiques, CNN, Ian Bremmer, Riyad, Téhéran, Arabie Saoudite, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik