Ecoutez Radio Sputnik
    La police turque utilise des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser une manifestation de Kurdes à Istanbul, le 28 novembre 2015

    Turquie: le pouvoir tue son propre peuple

    © REUTERS/ Osman Orsal
    International
    URL courte
    11288077911

    Les autorités turques ont lancé une opération militaire contre les Kurdes vivant dans le sud-est du pays. Un couvre-feu est décrété dans certaines régions ébranlées par les affrontements entre l'armée et les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

    Les forces de l'ordre utilisent non seulement des gaz lacrymogènes, mais aussi des matériels de guerre. Selon Feleknas Uca, membre du Parti démocratique des peuples (HDP), l'Europe doit savoir que les autorités turques mènent une guerre contre leur propre peuple et tuent des civils.

    Le rassemblement organisé le 3 janvier par des militants pro-kurdes à Istanbul a donné lieu à de nombreuses arrestations. Dix personnes ont été interpellées suite aux affrontements entre la police et les partisans du parti kurde HDP.

    Les manifestants se sont réunis pour dénoncer les actions des autorités turques dans le sud-est du pays peuplé principalement de Kurdes. L'armée turque y a lancé une opération dite "antiterroriste", après avoir déployé 10.000 soldats, du matériel blindé et même des hélicoptères. Les défenseurs des droits de l'homme font état de plus de 100 morts civils.

    Ex-parlementaire européenne, actuellement députée de la Grande Assemblée nationale de Turquie, Feleknas Uca estime que la situation dans le pays ne cesse de s'aggraver.

    "Je me trouve à Diyarbakır où la police jette quotidiennement des gaz lacrymogènes contre des civils. On voit des morts gisant dans les rues. Il y a quelques jours, un adolescent de 16 ans a été tué. Les familles des victimes ont entamé une grève de la faim. Ici, des gens sont tués tous les jours. Cette opération n'est pas dirigée contre les rebelles, mais contre le peuple turc", a déclaré Mme Uca à la chaîne de télévision RT.

    Selon elle, le gouvernement doit mettre un terme à ces massacres.

    "J'invite l'Europe à montrer un carton rouge à la Turquie. Ce pays veut adhérer à l'UE. Quant à l'Europe, elle souhaite pour sa part que la Turquie soit considérée comme un endroit sûr pour les réfugiés. Or, lorsqu'un gouvernement utilise des chars et des forces armées contre son propre peuple, j'appelle ça une guerre. Voici pourquoi j'invite l'Europe à rompre son silence. Les gens doivent voir de leurs propres yeux ce qui se passe ici. Ils doivent voir comment on tue des civils", a indiqué la militante pro-kurde.

    Lire aussi:

    Lutte contre l’EI: la Turquie partagée entre Kurdes et islamistes
    Turquie: Erdogan juge "impossible" la poursuite du dialogue avec les Kurdes
    PO: le leader des Kurdes de Turquie accuse l'impérialisme de violence
    Tags:
    police, massacre, Kurdes, manifestation, Parti démocratique des peuples (HDP) turc, Istanbul, Europe, Kurdistan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik