International
URL courte
Armes chimiques syriennes (496)
12125
S'abonner

Vu son parti pris contre Damas, l'Occident refuse d'étendre à l'Irak le mandat du mécanisme d'enquête de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, estime un diplomate russe haut placé.

L'OIAC a découvert que plusieurs Syriens auraient pu, à un moment donné, être exposés à du gaz sarin ou à "une substance similaire", a annoncé le directeur général de l'organisation, Ahmet Üzümcü, insistant sur une enquête pour établir le temps, la localisation et les circonstances des incidents. 

"Le rapport de M.Üzümcü constate que des traces du sarin ou d'une substance similaire ont été découvertes dans le sang de plusieurs Syriens, et que les circonstances de cette contamination nécessitaient un examen ultérieur. Il ne faut toutefois pas oublier que la mission de l'OIAC établit des faits, mais pas les coupables, cela ne faisant pas partie de son mandat", a déclaré Mikhaïl Oulianov, directeur du département de la non-prolifération et du contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères.

Et de rappeler que pour enquêter sur des rumeurs d’utilisation d’armes chimiques, l'Onu et l'OIAC ont mis en place un mécanisme conjoint qui s'est mis fonctionner récemment. 

L'Occident ne cesse d'insister sur l'implication de Damas dans les attaques chimiques en Syrie.

"C'est toujours la même rengaine. Quoi qu'il arrive en Syrie, Bachar el-Assad et les troupes gouvernementales en sont accusés. On leur impute notamment l'usage de substances chimiques (…) Je ne pense pas que cela change, car nos partenaires occidentaux ont un parti pris contre le président syrien", a indiqué le diplomate. 

Selon ce dernier, c'est justement la raison pour laquelle ils ont longtemps fermé les yeux sur les crimes perpétrés par le groupe djihadiste Etat islamique (EI, Daech), y compris sur l'utilisation de substances chimiques à des fins militaires.  

"C'est aussi la raison pour laquelle, l'Occident refuse d'étendre le mandat d'enquête évoqué du territoire syrien à celui d'Irak, bien que le fait d'utilisation par Daech d'armes chimiques contre les Kurdes irakiens ait été établi", a souligné M.Oulianov. 

La résolution prévoyant la mise en place d'un mécanisme conjoint de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques et des Nations unies pour enquêter sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie a été adoptée à l'unanimité le 7 août dernier.

Cette structure est chargée d'identifier les personnes, les organisations, les groupes et les gouvernements coupables d'avoir utilisé ou financé l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. 

Après une attaque à l'arme chimique près de Damas en août 2013, la Syrie a accepté de déclarer et de remettre son arsenal chimique dans le cadre d'un accord supervisé par l'OIAC. 

Faisant le bilan du programme d'élimination des armes chimiques syriennes, l'OIAC indique que 99,6% de l'arsenal déclaré par Damas ont été détruits. Néanmoins, l'organisation se déclare "gravement inquiète" de l'utilisation continue d'armes chimiques en Syrie.

Dossier:
Armes chimiques syriennes (496)

Lire aussi:

Des Syriens exposés à du gaz sarin, selon l'OIAC
Syrie: la totalité du sarin neutralisé à bord du navire US Cape Ray
Syrie: du sarin dans une zone contrôlée par les rebelles (Onu)
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Tags:
OIAC, sarin, résolution, ONU, Etat islamique, Ahmet Üzümcü, Mikhaïl Oulianov, Bachar el-Assad, Occident, Damas, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook