Ecoutez Radio Sputnik
    Crise irano-saoudienne

    La Russie pourrait désamorcer la crise entre Riyad et Téhéran

    © REUTERS/ TIMA/Mehdi Ghasemi
    International
    URL courte
    La crise irano-saoudienne (2016) (46)
    44755

    La médiation de Moscou est acceptée par l'Iran et n'est pas rejetée par l'Arabie Saoudite, ce qui permettrait à la Russie d'intervenir en intermédiaire neutre dans le règlement du conflit, estime un politologue iranien.

    Moscou pourrait jouer le rôle principal dans la résolution de la crise irano-saoudienne, les deux parties au conflit acceptant sa médiation, a déclaré à Sputnik le politologue iranien Jafar Nematzadeh. 

    "La Russie peut devenir le principal acteur dans la résolution de cette crise. La médiation de Moscou est acceptée par l'Iran et n'est pas rejetée par l'Arabie Saoudite, ce qui permettrait à la Russie d'intervenir en intermédiaire neutre. En même temps, toute initiative émanant des Etats-Unis, des pays du Golfe ou de la Turquie serait infructueuse, leurs positions étant parfaitement inacceptables pour Téhéran", a souligné l'expert. 

    Et d'ajouter que la crise dans les relations avec Riyad pourrait pousser Téhéran à une coordination encore plus étroite avec la Russie dans la lutte contre le terrorisme et les groupes d'extrémistes en Syrie. 

    "D'autre part, cela pourrait pousser les groupes téléguidés par Riyad à accentuer leurs attaques contre l'armée syrienne et ses alliés. Comme résultat, les hostilités en Syrie pourraient s'accentuer, en compliquant les efforts politiques en vue du règlement syrien", a prévenu M.Nematzadeh. 

    Selon l'expert, l'exacerbation des tensions entre Téhéran et Riyad peut se répercuter de façon très négative sur les conflits régionaux. 

    "Si les grandes puissances veulent effectivement désamorcer la crise en Syrie, elles doivent essayer de faire baisser la tension entre Riyad et Téhéran", a conclu le politologue. 

    L'Arabie saoudite est considérée comme chef de file du monde sunnite tandis que l'Iran protège la minorité chiite. L'exécution récente du dignitaire chiite saoudien Nimr Baqer al-Nimr à Riyad a provoqué une vague de colère dans tout le Proche-Orient. Après une série de manifestations violentes, l'Arabie saoudite et ses alliés ont rompu les relations diplomatiques avec l'Iran. 

    Exprimant ses regrets face à l'aggravation des relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran, la Russie se dit prête à jouer un rôle d’intermédiaire. 

    Selon la diplomatie russe, Moscou est lié par des relations d'amitié avec l'Iran et l'Arabie saoudite, et en tant qu'ami, est prêt à intervenir dans la résolution de la crise irano-saoudienne.

    Dossier:
    La crise irano-saoudienne (2016) (46)

    Lire aussi:

    "L'Arabie saoudite n'est pas intéressée par la paix en Syrie"
    Politico: les USA ne doivent pas prendre parti pour l'Arabie Saoudite
    Tensions interconfessionnelles, à quoi joue l’Arabie Saoudite?
    Tags:
    crise, Jafar Nematzadeh, Proche-Orient, Arabie Saoudite, Iran, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik