Ecoutez Radio Sputnik
    L'Allemagne en émoi suite aux agressions sexuelles de Cologne

    L'Allemagne en émoi suite aux agressions sexuelles de Cologne

    © REUTERS/ Wolfgang Rattay
    International
    URL courte
    Crise migratoire (781)
    547167860

    La nuit de la Saint-Sylvestre, une vague d'harcèlements sexuels a submergé la ville de Cologne. Une semaine après, les Allemandes reçoivent un drôle de conseil afin d'éviter des agressions.

    Un rassemblement festif devant la gare de Cologne a mal tourné. Très mal. Plus d'une centaine de femmes sont devenues victimes d'attouchement, de vols voire d'agressions sexuelles.

    Une grande bacchanale ne permet pas d'identifier les hommes ayant commis ces crimes malgré une centaine de plaintes déposées par des femmes agressées auprès de la police colonaise. Entremêlés dans la foule débridée, des malfaiteurs sont partis et restés impunis.

    Cependant, certains témoignages portent à croire qu'il s'agit des individus "d'apparence arabe ou nord-africaine". Cette information ne cesse de susciter de vifs émois ainsi que des indignations de la part des gens opposés à l'accueil de migrants en Allemagne.

    Néanmoins, la tentative de calmer l'opinion publique de la maire de Cologne a également tourné au vinaigre.

    "Et bien, il y a toujours la possibilité de garder une certaine distance, plus longue que le bras. Il faut éviter par soi-même d'être trop près des personnes en qui on n’a pas vraiment confiance. Mais il existe d’autres possibilités, comme se déplacer en groupe ou ne pas se séparer", a préconisé Henriette Reker lors d'une conférence de presse à la suite d'agressions sexuelles.

    Ce conseil de respecter "une certaine distance, plus longue que le bras" n'a pas laissé des internautes indifférents. Ils ont vite commencé à ridiculiser la déclaration de la maire sur Twitter. 

    En un clin d'œil, le hashtag "ArmlaengeAbstand" ("distance de plus d'un bras" en allemand) est devenu un des plus fréquemment cités en Allemagne.

     

    Dossier:
    Crise migratoire (781)

    Lire aussi:

    L’Allemagne peut accueillir 200.000 réfugiés par an
    Migrants: l’Allemagne examine des aménagements législatifs
    Combien l'Allemagne paye-t-elle pour ses réfugiés?
    Tags:
    crise migratoire, harcèlement, fête, agression, Henriette Reker, Cologne, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik