Ecoutez Radio Sputnik
    Les liaisons dangereuses Erdogan-Daech

    Les liaisons dangereuses Erdogan-Daech

    © REUTERS/ Presidential Palace Press Office
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    345439732

    Il faut mettre un terme au "soutien masqué" que le président turc Recep Erdogan apporte aux terroristes de Daech, appelle la vice-présidente du parti de gauche allemand.

    La menace de l'escalade du conflit en Syrie a atteint un niveau extrême. Quinze Etats y font actuellement la guerre: tantôt de concert, tantôt parallèlement les uns aux autres, et parfois même les uns contre les autres.

    En outre, il n'y a pas de stratégie commune quant au règlement de la crise, déclare la vice-présidente du parti de gauche allemand Sahra Wagenknecht dans une interview au journal allemand Der Spiegel.

    Par exemple, la Turquie établit l'ordre de ses priorités d'une manière différente des autres en entretenant des liens avec les djihadistes, constate Sahra Wagenknecht.

    Afin d'endiguer la crise syrienne, il faut premièrement supprimer les sources de financement de Daech. Les terroristes se trouveraient ainsi privés de fonds et n'auraient aucune possibilité de recruter de nouveaux adhérents ni de se procurer des armes. Comme la structure interne du groupe serait ainsi sapée, il serait possible de libérer les territoires contrôlés par Daech.

    "Pour cela, il faut exercer une pression sur M.Erdogan, mettre un terme à son soutien masqué aux terroristes et fermer la frontière turque à Daech", propose la vice-présidente du parti de gauche allemand.

    Cet Erdogan éclaboussé par le pétrole de Daech
    © Sputnik.
    Cet Erdogan éclaboussé par le pétrole de Daech
    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Erdogan ne sera jamais un partenaire pour l'Occident
    Sur les traces d'Hitler? Les propos scandaleux d'Erdogan ne sont pas fortuits
    Erdogan s'inspire ouvertement d'Hitler, et on en comprend les raisons
    Tags:
    terrorisme, Etat islamique, Sahra Wagenknecht, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Syrie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik