Ecoutez Radio Sputnik
    Les aventures d'un missile

    Les aventures d'un missile américain disparu en Europe

    © AFP 2019 POOL / PHILIP COBURN
    International
    URL courte
    15557

    Un missile air-sol américain Hellfire, envoyé en Europe pour des exercices puis disparu, a été retrouvé à Cuba, sur les îles des Caraïbes.

    Après son envoi en Espagne pour être utilisé par l'Otan lors d'exercices militaires en 2014, il devait être renvoyé aux Etats-Unis. A Madrid, après les exercices, le missile a été porté disparu et est passé entre les mains de plusieurs sociétés de transport. On l'a vu apparaître à l'aéroport de Francfort, puis, pour des raisons non encore élucidées, il est arrivé à Paris où il a été chargé à bord d'un avion Air France qui l'a amené vers Cuba.

    "Etait-ce le résultat d'un pot-de-vin, d'une opération des services de renseignement, ou encore était-ce une simple série d'erreurs? Nous sommes en train d'essayer de clarifier cela", a déclaré au Wall Street Journal un officiel de l'administration américaine.

    Le journal fait savoir que pendant une année entière les Etats-Unis ont tenté en vain de récupérer le missile (quoiqu'il fût dépourvu d'ogive) afin de prévenir les fuites de technologies militaires importantes, indique une source proche du dossier.

    Les autorités américaines ne craignent pas tant que Cuba démantèle le missile ou en développe un similaire, mais que le pays partage le savoir-faire avec la Chine, la Corée du Nord ou la Russie, selon les sources du journal.

    Le département américain de la Justice enquête actuellement sur le sujet.

    Lire aussi:

    Un missile balistique sème la panique aux Etats-Unis
    Exercices militaires japonais à l'étranger
    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    Tags:
    missiles, missiles air-sol, exercices militaires, AGM-114 Hellfire, Air France, Département de la Justice américain, Caraïbes, Francfort-sur-le-Main, Cuba, Madrid, Espagne, Paris, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik