Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats israéliens sur la frontière entre Israël et la Syrie dans le Golan

    L'offensive de l'armée d'Assad serait lourde d'un conflit avec Israël

    © REUTERS / Baz Ratner
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    452447
    S'abonner

    De l'avis de certains analystes, l'offensive des forces gouvernementales dans le sud de la Syrie, soutenue par l'aviation russe, pourrait conduire à une exacerbation du conflit du Golan.

    Selon les prévisions des analystes interrogés par le Financial Times, Israël et la Russie sont intéressés à éviter le conflit. Selon le quotidien, de nombreux analystes estiment que l'Iran et le Hezbollah, qui sont des alliés de la Russie en Syrie, ont garanti à Moscou de ne pas engager un face-à-face avec Israël dans le Golan. 

    Le journal écrit par ailleurs que l'offensive de l'armée de Bachar el-Assad dans le sud de la Syrie engendre des risques d'éclatement d'un conflit sur ce territoire. De nombreux diplomates en place dans la région ont été surpris par le renforcement du rôle de la Russie dans le sud syrien, croyant qu'il y avait un accord sur le partage des sphères d'influence entre Moscou et les voisins méridionaux de la Syrie: soit la Jordanie et Israël.

    "Si les troupes d'Assad occupent l'ensemble du Golan, cela aidera l'Iran à ouvrir un second front et à créer une deuxième bande de Gaza ou un deuxième Sud-Liban", a confié au journal l'analyste israélien Daniel Nisman.

    Affrontements à Gaza
    © Sputnik . RIA Novosti. Photo: Nazar Alian
    Fin décembre dernier, l'armée syrienne, soutenue par l'aviation, a repris une base militaire clé dans le sud de la Syrie et a occupé plusieurs localités. Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme implanté en Grande-Bretagne Rami Abdel Rahmane a déclaré que la reprise d'une base militaire et le contrôle des localités dans la province de Deraa "revêtaient une grande importance pour les forces du régime (du président Bachar el-Assad) car désormais la route reliant Damas et Deraa se trouvait sous le contrôle de l'armée gouvernementale".

    Peu avant, le journal israélien Haaretz a rapporté que l'envoyé spécial du président russe pour le règlement en Syrie Alexandre Lavrentiev s'était rendu en Israël en mission secrète. Sa visite a été consacrée aux détails de l'accord sur l'arrêt de la guerre en Syrie.

    Membres des forces de défense israéliennes, Dec. 20, 2015.
    © AP Photo / Artiel Schalit
    Selon un haut fonctionnaire israélien cité par le journal, Tel Aviv juge nécessaire que la partie russe prenne des mesures visant à prévenir le transfert des armes depuis la Syrie au mouvement Hezbollah, au Liban. En outre, les autorités israéliennes exigent que le territoire de la Syrie ne soit pas utilisé pour des frappes contre Israël. 

    La Russie a entamé son opération en Syrie le 30 septembre dernier. L'Occident a accusé Moscou d'avoir frappé contre la soi-disant opposition modérée à el-Assad et contre des ouvrages civiles. Moscou a démenti ces accusations. 

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Reconnaître Bachar el-Assad est la seule option de l'Occident
    Vaste offensive au sol des troupes de Bachar el-Assad
    Syrie: Moscou négocie en secret avec Israël
    Tags:
    frappe aérienne, armée gouvernementale syrienne, Financial Times, Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Hezbollah, Alexandre Lavrentiev, Bachar el-Assad, Gaza, Liban, Hauteurs du Golan, Israël, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik