Ecoutez Radio Sputnik
    Les pays du Golfe se rangent du côté de l’Arabie saoudite

    Les pays du Golfe se rangent du côté de l'Arabie saoudite

    © AP Photo / Khalid Mohammed
    International
    URL courte
    La crise irano-saoudienne (2016) (46)
    539120
    S'abonner

    Le Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe persique (CCG) a approuvé les mesures prises par l'Arabie saoudite à l'encontre de l'Iran, suite aux attaques contre les missions diplomatiques saoudiennes en Iran.

    Les pays-membres du CCG, une organisation régionale comprenant six pétromonarchies arabes du golfe persique, soit l'Arabie saoudite, Oman, le Koweït, Bahreïn, les Emirats arabes unis et le Qatar, ont exprimé samedi leur soutien total aux mesures prises par l'Arabie saoudite à l'encontre de l'Iran suite aux attaques contre les missions diplomatiques saoudiennes à Téhéran et Machhad.

    Le secrétaire général du CCG Abdullatif bin Rachid al Zayani a affirmé, lors d'une conférence de presse, la solidarité absolue des pays du Golfe à l'Arabie saoudite, faisant référence à un communiqué adopté à l'issue d'une réunion urgente des ministres des Affaires étrangères de ce rassemblement régional, qui s'est tenue à Riyad.

    "Le Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe persique a exprimé son entier soutien aux mesures prises par l'Arabie saoudite à l'encontre de l'Iran à la suite des attaques contre les missions diplomatiques du Royaume en Iran", a-t-il indiqué.

    Le 3 janvier 2016, l'Arabie saoudite a rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran suite aux attaques contre ses missions diplomatiques à Téhéran et Machhad. Une crise a éclaté entre l'Arabie saoudite et l'Iran suite aux exécutions du chef religieux chiite Nimr Al-Nimr et de 46 autres personnes condamnées pour "terrorisme" par le royaume saoudien.

    Le président iranien Hassan Rohani a condamné l'exécution du dignitaire chiite saoudien, en déclarant que cela violait les droits de l'homme et contredisait les valeurs de l'islam. Quoi qu'il en soit, il a qualifié d'extrémisme l'attaque perpétrée contre l'ambassade saoudienne à Téhéran.

    Dans le sillage de l'Arabie saoudite, Bahreïn, la Somalie, le Soudan et le Djibouti ont également rompu leurs relations avec l'Iran cette semaine. Les Emirats arabes unis ont pour leur part décidé de réduire leurs relations diplomatiques avec Téhéran alors que le Koweït et le Qatar ont rappelé leurs ambassadeurs.

    La Ligue arabe tiendra le 10 janvier une réunion urgente des ministres des Affaires étrangères, qui sera consacrée aux relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

    Dossier:
    La crise irano-saoudienne (2016) (46)

    Lire aussi:

    L'Occident est-il condamné à vendre des armes à l'Arabie saoudite?
    L'ambassade d'Iran au Yémen frappée par l'Arabie Saoudite
    Arabie saoudite: prix pétroliers sous pression politique?
    Conflit Iran-Arabie saoudite: Bagdad assumera la médiation
    "L'Arabie saoudite n'est pas intéressée par la paix en Syrie"
    Tensions interconfessionnelles, à quoi joue l’Arabie Saoudite?
    L'Arabie saoudite veut couper la liaison aérienne avec l'Iran
    Tags:
    Conseil de coopération du Golfe (CCG), réunion, tensions, Ligue arabe, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Hassan Rohani, Riyad, Téhéran, Golfe persique, Qatar, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik