International
URL courte
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
9944
S'abonner

Kiev exige de modifier la carte parue dans la revue Limes afin de rendre la Crimée "ukrainienne".

L'ambassadeur d'Ukraine en Italie Evgueni Perelyguine exige que le magazine Limes modifie la carte qui présente la Crimée comme une partie de la Russie, indique la page Facebook du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

La carte que le diplomate exige de modifier a été publiée le 30 décembre. Elle serait "un défi à l'intégrité territoriale de l'Ukraine" et "ignore la position consolidée de l'UE et de l'Onu sur la non-reconnaissance de l'occupation de la Crimée par la Russie" s'il ne s'agit pas d'une "erreur technique".

​La carte utilisée dans la version en ligne du magazine a été publiée dans un article intitulé "L'activité militaire de la Russie en 2015". En tant qu'adversaires de la Russie, il cite l'Ukraine, la Turquie et l'Arabie saoudite. Le Kremlin a élargi en 2015 la liste des pays partenaires dans le domaine militaire, note le magazine. Il a aussi semé la discorde au sein de l'Otan en s'assurant du partenariat de la France dans la lutte antiterroriste.

Parmi les alliés de la Russie, on cite Damas, Bagdad et Téhéran.

La République de Crimée et la ville de Sébastopol sont devenues des régions russes suite à un référendum organisé le 16 mars 2014 en réponse au coup d'Etat réalisé en Ukraine en février 2014. 90% des votants ont opté pour la sortie de l'Ukraine et le rattachement à la Russie (dont la Crimée avait fait partie avant 1954). L'Ukraine n'a jamais reconnu ce rattachement.

Dossier:
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

Lire aussi:

Larousse l'atteste: la Crimée est russe
Député allemand: pas de différence entre le Kosovo et la Crimée
Bons baisers de Crimée! Echange de tweets entre Mariani et l’ambassadeur d’Ukraine
Jimmy Carter: le rattachement de la Crimée à la Russie "quasi inévitable"
Tags:
carte, médias, Italie, Crimée, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook