Ecoutez Radio Sputnik
    L'hôpital de MSF au Yémen

    La coalition dirigée par Riyad tue cinq personnes au Yémen

    © Photo. capture d`écran:Youtube
    International
    URL courte
    Opération militaire au Yémen (2015) (122)
    8210

    L'aviation de la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite a lancé des frappes aériennes dans les régions yéménites de Zarih et de Sahar (nord-ouest). Cette information a été confirmée par l'organisation humanitaire Médecins sans frontières.

    Cinq personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées lors des frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite sur l'hôpital de l'organisation Médecins sans frontières (MSF) au Yémen, rapporte une source à la province Saada à la radio Sputnik. 

    "L'aviation de la coalition arabe a frappé un hôpital d'un village dans la région de Zarih", deux autres frappes ont été effectuées dans la région du Sahar dans la province de Saada, a fait savoir la source. 

    Le nombre de tués a atteint cinq personnes, selon la même source. 

    L'organisation humanitaire Médecins sans frontières a confirmé que son centre médical de Razeh Rajeh (province de Saada) avait été la cible d'un raid aérien, faisant de trois morts et de dix blessés.

    "Nous confirmons la frappe aérienne contre un de nos hôpitaux situé dans la province de Saada au Yémen. Trois personnes ont été tuées et dix ont été blessées", a déclaré la porte-parole du département régional à Dubaï de MSF Hana Aouda dans une interview à la radio Sputnik.

    Selon la porte-parole, le responsable de cette frappe reste indéterminé. 

    Le secrétaire générale de l'Onu Ban Ki-moon a exprimé vendredi son inquiétude à propos de l'intensification des frappes aériennes de la coalition au Yémen, en soulignant que l'utilisation des armes à sous-munitions était un crime de guerre. 

    Selon le porte-parole du secrétaire général de l'Onu Stéphane Dujarric, "Ban Ki-moon est profondément préoccupé de l'intensification des frappes de la Coalition et par le combat au sol et les bombardements au Yémen, malgré les appels répétés pour que cessent à nouveau les hostilités".

    Il s'agit de "frappes intenses sur les quartiers résidentiels et bâtiments civils à Sanaa y compris la Chambre de commerce, une salle de mariage et un centre humanitaire pour les malvoyants", d'après le porte-parole.

    Selon M.Dujarric, "le chef de l'Onu a également reçu des informations inquiétantes sur l'utilisation d'armes à sous-munitions lors des attaques à Sanaa le 6 janvier".

    "L'utilisation des armes à sous-munitions dans des zones peuplées peut être un crime de guerre, en raison de leur dispersion" a-t-il souligné.

    Ban Ki-moon a exhorté toutes les partis du conflit à respecter le droit international humanitaire et les droits de l'Homme, qui "interdisent les attaques contre les civils". Il a espéré qu'une nouvelle étape des négociations aurait lieu le plus vite possible.

    La coalition sous commandement saoudien intervient depuis mars 2015 au Yémen pour repousser des rebelles chiites Houthis, accusés de liens avec l'Iran. Ces derniers se sont emparés depuis fin 2014 de vastes pans du territoire et, notamment de la capitale Sanaa, d'où a été chassé le gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale.

    Dossier:
    Opération militaire au Yémen (2015) (122)

    Lire aussi:

    Yémen: fin d'un cessez-le-feu qui n'a jamais fait taire les armes
    Yémen: fin des pourparlers en Suisse, les combats s'intensifient
    Yémen: Daech revendique l'attentat ayant tué le gouverneur d'Aden
    Yémen: le gouverneur d'Aden tué dans un attentat à la voiture piégée
    Tags:
    coalition, frappe aérienne, bombardements, hôpital, Médecins sans frontières (MSF), Stéphane Dujarric, Ban Ki-moon, Arabie Saoudite, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik