International
URL courte
7100
S'abonner

Une interview du trafiquant de drogue Joaquin "El Chapo" Guzman par Sean Penn a déclenché dimanche une vague de réactions politiques aux Etats-Unis comme au Mexique, qui souhaite entendre l'acteur, et des commentaires parfois vifs dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Une source du gouvernement fédéral a indiqué dimanche que le Mexique voulait entendre Sean Penn et l'actrice mexicaine Kate del Castillo au sujet de leur rencontre secrète en octobre dernier avec le chef de cartel.

"C'est exact, bien sûr, (nous voulons les entendre, ndlr) afin de déterminer les responsabilités" de chacun, a indiqué ce responsable sous couvert d'anonymat, sans toutefois fournir de date éventuelle pour ces auditions.

Le secrétaire général de la Maison Blanche Denis McDonough a déclaré sur la chaîne de télévision CNN que l'affaire posait "beaucoup d'intéressantes questions" concernant l'acteur oscarisé "et les autres personnes impliquées dans cette prétendue interview".

La rencontre a déclenché de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, et l'un des candidats républicains à l'élection présidentielle américaine, Marco Rubio, l'a qualifiée de "grotesque".

Un journaliste peut interviewer un trafiquant de drogue, or "ce ne sont pas des journalistes", a ajouté une autre source du gouvernement mexicain.

Le magazine américain Rolling Stone a publié samedi l'interview, relue par le narcotrafiquant avant diffusion, et accompagnée d'une photo prise le 2 octobre de la poignée de mains des deux hommes, sur laquelle Guzman apparaît moustachu et portant une chemise en soie.

Interrogé dimanche par l'AFP, l'un des plus grands avocats américains du droit de la presse excluait cependant toute possibilité de poursuite pénale contre l'acteur.

Le scoop de Sean Penn a également déclenché des commentaires dans les médias, dont certains s'interrogeaient sur l'aspect éthique d'une telle entrevue.

Le rédacteur en chef du Washington Post, Marty Baron, a twitté un reportage de décembre sur les menaces qui pèsent sur les journalistes mexicains avec ce commentaire: "Bon moment pour se rappeler ce qui arrive aux vrais journalistes qui couvrent les cartels de drogue".

Lire aussi:

Le plus puissant narcotrafiquant au monde menace Daech
Un mort et un blessé par balles devant un hôpital à Paris - images
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
présidence américaine, Joaquin "El Chapo" Guzman, Sean Penn, États-Unis, Mexique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook