Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine, Angela Merkel et le labrador Koni

    Promis, juré: Poutine ignorait que Merkel avait peur des chiens

    © AFP 2019 Axel Schmidt
    International
    URL courte
    9987
    S'abonner

    Le labrador de Vladimir Poutine est entré dans la pièce lors de négociations avec Angela Merkel. Le président russe a assuré n’être pas au courant que la chancelière allemande avait peur des chiens…

    Lors de pourparlers russo-allemands tenus à Sotchi en 2007, le chien favori du président russe est entré dans la salle, effrayant la chancelière allemande. Certains médias occidentaux écrivaient à cette époque-là que M.Poutine l'avait fait exprès, et qu'il était soi-disant parfaitement informé du traumatisme provoqué à Mme Merkel par la morsure d'un chien en 1995.

    "Absolument pas. Je n'en savais rien. Au contraire, j'ai voulu lui faire plaisir en lui montrant mon chien favori. Je lui ai tout expliqué et j'ai présenté mes excuses", a confié Vladimir Poutine dans une interview accordée au quotidien allemand Bild.

    De l'avis du président, il est difficile de saper l'amitié entre la Russie et l'Allemagne, que ce soit grâce à un chien, à la propagande des médias ou aux sanctions.

    Selon M.Poutine, "la sympathie mutuelle entre les deux pays sous-tend nos relations".

    ​Malgré certains défis dans les relations russo-allemandes, notamment la baisse des échanges, Vladimir Poutine a assuré faire tout son possible afin de surmonter ces difficultés.

    "Nous nous rencontrons régulièrement avec la chancelière allemande lors de différents évènements (…). Nous réalisons des années croisées de la littérature et de la langue allemande en Russie et de la langue russe en Allemagne, respectivement. Cette année nous comptons organiser des échanges entre les jeunes. Autrement dit, les relations se développent, Dieu merci", a-t-il indiqué.

    En outre, selon Vladimir Poutine, Angela Merkel est une femme sincère, professionnelle et digne d'estime, qui cherche elle-aussi à régler la crise.

    Lire aussi:

    Poutine: le terrorisme international a été utilisé contre la Russie
    Pour Poutine, la Crimée n'était pas une histoire de frontières
    Tags:
    chiens, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Sotchi, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik