Ecoutez Radio Sputnik
    Les gens ont pancartes médias libres ne peuvent pas être réduits au silence

    C’est la liberté de la presse que le pouvoir "assassine" en Turquie

    © AFP 2019 Ozan Kose
    International
    URL courte
    92624
    S'abonner

    Plus de 150 journalistes ont été interpellés en Turquie en 2015, et 32 d'entre eux sont toujours en garde à vue, relève le député et vice-président du Parti républicain du peuple (CHP), principale force d'opposition du pays.

    En 2015, 156 journalistes ont été arrêtés, 32 autres ont été placés en garde en vue et 774 correspondants ont été licenciés pour motifs politiques, alors que des poursuites judiciaires ont été lancées contre 238 journalistes et des enquêtes ont été ouvertes sur le travail de 200 journalistes et de sept médias en Turquie.

    On l'apprend grâce au journal Hurriyet qui se réfère à Sezgin Tanrikulu, député et vice-président du Parti républicain du peuple (CHP), principale force d'opposition en Turquie. 

    L'opposant a qualifié de "faillite de la démocratie" l'état actuel de la liberté de la presse en Turquie.

    En novembre dernier, le rédacteur en chef du quotidien de gauche Cumhuriyet, Can Dündar, et Erdem Gül, chef de son bureau à Ankara, ont été inculpés de "terrorisme", d'"espionnage" et de "divulgation de secrets d'Etat" et placés en détention provisoire jusqu'à leur procès.  

    Auparavant, en mai, Cumhuriyet avait diffusé des photos et une vidéo de l'interception par des gendarmes, en janvier 2014 à la frontière syrienne, de camions appartenant aux services secrets turcs (MIT) et transportant des armes destinées à des rebelles islamistes syriens.  

    Néanmoins, le gouvernement turc a toujours nié ce soutien et répété que le convoi intercepté ne contenait que de "l'aide" pour les populations turcophones de Syrie.

    L'incarcération de MM.Dündar et Gül a suscité un tollé dans l'opposition turque et dans les capitales étrangères. Alors que Bruxelles relance les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, le président turc Recep Tayyip Erdoğan muselle la presse.

    La Turquie pointe à la 149e place, sur 180, au classement mondial de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières (RSF), derrière la Birmanie (144e).

    Lire aussi:

    Encore une année noire pour la liberté de la presse
    Turquie: violente charge du président Erdogan contre la presse occidentale
    Un journaliste syrien opposant à Daech assassiné en Turquie
    Tags:
    journalisme, presse, liberté de la presse, Parti républicain du peuple turc (CHP), Reporters sans frontières (RSF), Sezgin Tanrikulu, Erdem Gül, Can Dündar, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik