Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie, Damas

    Quand la méthode "tuez-les-tous avec des frappes aériennes" ne marche pas

    © REUTERS / Mohammed Badra
    International
    URL courte
    9422
    S'abonner

    La méthode de l'administration américaine "tuez-les-tous avec des frappes aériennes" ne marche pas quand il s'agit de combattre les terroristes du groupe Etat islamique (EI ou Daech), estime Micah Zenko, chercheur du Council on Foreign Relations américain (SFR).

    La lutte des Etats-Unis contre le terrorisme est focalisée sur l'objectif de capturer ou de tuer les terroristes existants. Bien moins d'argent et d'attention sont consacrés à la prévention de l'émergence de nouveaux terroristes, estime Micah Zenko, chercheur du Council on Foreign Relations américain (SFR), think tank ayant pour but d'analyser la politique étrangère des États-Unis et la situation politique mondiale.

    "Je demande souvent à des responsables américains ce qu'ils font pour empêcher qu'une personne neutre devienne terroriste?", écrit M.Zenko. "Ils répondent toujours que ce n'est pas leur responsabilité, mais celle d'autres agences, généralement du département d'Etat (DOS) ou du Département de la Sécurité intérieure des Etats-Unis (DHS) qui ont pour but d'assurer cette prévention respectivement aux niveaux international et intérieur. Puis après, les responsables du DOS ou du DHS se réfèrent à la police "pour la lutte contre l'extrémisme", toute en acceptant que les efforts du gouvernement américain sur ce front ont été jusque-là complétement infructueux", poursuit l'auteur de l'article.

    Selon M.Zenko, la méthode principale pour tuer des terroristes consiste en frappes aériennes de précision. Les responsables américains ont répété à plusieurs reprises que le moyen principal de détruire Daech était d'éliminer tous ses membres. En février 2015, Marie Harf, porte-parole du DOS, a déclaré: "Nous les tuons et nous continuerons à tuer les terroristes de l'EI qui représentent une menace pour nous".

    En juin dernier, le général John Hesterman, chef de la composante aérienne du commandement militaire au Moyen-Orient, a constaté: "Nous les tuons partout où nous les trouvons", cite M.Zenko. Cette semaine, le colonel Steve Warren, porte-parole de l'opération Inherent Resolve en Irak et en Syrie, a pour sa part déclaré: "Si vous faites partie de Daech, nous allons vous tuer. C'est la règle".

    Le problème de la méthode "tuez-les-tous avec des frappes aériennes" est qu'elle ne marche pas. Selon le Pentagone, au moins 25.000 combattants de l'EI ont été tués en 17 mois. Dans le même temps, les responsables américains reconnaissent que le nombre des combattants de Daech est resté inchangé. En 2014, la CIA a déclaré que les forces de l'EI comprenaient entre 21.000 et 31.000 combattants et le colonel Warren a de nouveau mentionné le chiffre de 30.000 mercredi dernier.

    Alors, selon les calculs antiterroristes américains: 30.000 — 25.000 = 30.000, constate le chercheur.

    Après, l'auteur de l'article propose d'analyser le nombre des bombardements antiterroristes américains effectués en 2015. L'année dernière, les Etats-Unis ont largué au total 23.144 bombes dans six pays dont 22.110 en Irak et en Syrie. Ces chiffres découlent du fait que les Etats-Unis ont effectué 77% des raids aériens en Syrie et en Irak et que la coalition dirigée par Washington a largué 28.714 bombes en 2015. Ce total est légèrement sous-évalué car on doit alors présumer qu'une seule bombe a été larguée lors de chaque frappe de drone réalisée au Pakistan, au Yémen et en Somalie, ce qui n'est pas toujours le cas.

    Lire aussi:

    La coalition menée par les USA a effectué 26 frappes en Syrie et Irak
    Stratfor: la Russie force les USA à changer de stratégie en Syrie
    Les USA et la Russie vont échanger des informations sur leurs opérations en Syrie
    Au lieu d'envoyer leurs troupes en Syrie, les USA inciteront leurs alliés à le faire
    Tags:
    frappe aérienne, Département d'Etat des Etats-Unis, Etat islamique, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik