Ecoutez Radio Sputnik
    Elèves officiers de l'Armée populaire de libération chinoise, le 22 juillet 2014

    Réforme militaire chinoise: une réponse aux défis mondiaux

    © AP Photo / Andy Wong
    International
    URL courte
    6401
    S'abonner

    Le président chinois Xi Jinping a appelé lundi le Conseil militaire central à entamer une réforme des forces armées afin de "remporter la victoire dans toute guerre moderne".

    Il s'agit d'une réforme militaire sans précédent dans l'histoire de la Chine, estime Vassili Kachine, expert du Centre d'analyse des stratégies et des technologies, interrogé par l'agence Sputnik.

    "La réforme prévoit la suppression de structures datant d'avant la fondation de la République populaire de Chine en 1949. Si la réforme réussit, elle permettra au pays de porter son système de commandement militaire à un niveau beaucoup plus élevé et de résoudre les problèmes organisationnels qui ont longtemps entravé le développement des forces armées chinoises", a déclaré Vassili Kachine.

    Cependant, a-t-il ajouté, "il faut s'attendre à ce que les transformations prennent du temps et qu'elles ne soient pas toujours accueillies avec enthousiasme par les militaires et la société civile".

    Pour se figurer l'ampleur de la réforme, il faut savoir que les principales structures concernées — l'Etat-major général, la Principale direction politique et la Principale direction logistique — ont été créées par le Parti communiste chinois en 1930, soit 20 ans avant la formation de la République populaire de Chine. Ces organismes — bien que sensiblement modifiés depuis leur création — existent toujours dans les forces armées du pays.

    "Le système chinois de commandement militaire est très spécifique. Outre ses missions traditionnelles, l'Etat-major général exerce le commandement des forces terrestres. Il comprend également une direction générale chargée de la protection des plus hauts dirigeants du pays. L'Etat-major contrôle en outre deux services de renseignement, dits la deuxième et la troisième directions, ainsi que la troisième et la quatrième directions chargées de la guerre électronique et de la cyberguerre", affirme l'expert.

    Selon lui, "tout porte à croire que la troisième et la quatrième directions seront affectées aux Forces d'appui stratégique dont la mise en place est en cours".

    "Par contre, le sort de la deuxième direction chargée du renseignement extérieur et de la reconnaissance tactique n'est pas pour le moment clair. Le principal défaut de l'Etat-major général consiste dans son caractère essentiellement «terrestre» et sa capacité insuffisante à conduire des opérations interarmées", estime Vassili Kachine.

    La Principale direction politique contrôle non seulement les activités idéologiques dans les troupes, mais aussi la gestion des ressources humaines, la police et la justice militaires. Il y a lieu de penser que ces dernières seront désormais placées sous le contrôle de la Commission politico-juridique, suppose l'analyste.

    "Il serait intéressant de connaître le sort du service spécial chargé de la propagande à destination des pays étrangers. Restera-t-il au sein de la Direction politique réformée? Nous ne le savons pas", affirme l'expert.

    Selon lui, la réforme de ce service correspond parfaitement aux tendances qui s'affirment dans le développement des forces armées dans le monde.

    "Depuis quelque temps, la Chine fait face à de nombreux défis, dont l'activité grandissante des Etats-Unis en mer de Chine méridionale. L'incertitude caractérise également la situation concernant Taïwan. Ces défis exigent une réponse adéquate. A en juger d'après l'ampleur des réformes proposées par Xi Jinping, cette réponse sera très sérieuse", conclut Vassili Kachine.

    Lire aussi:

    La Chine lance une réforme militaire d'envergure
    Pourquoi la Chine réduit-elle les effectifs de son armée?
    La Chine réduira les effectifs de son armée de 300.000 hommes
    La Chine lève le voile sur son armée
    Tags:
    réformes, Armée populaire de libération (Chine), Xi Jinping, Mer de Chine méridionale, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik