Ecoutez Radio Sputnik
    Forum économique mondial de Davos

    Ecologie et migrants: deux principales menaces au développement en 2016

    © AP Photo / Michel Euler
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    572
    S'abonner

    Les menaces écologiques et la migration forcée de grande envergure dominent le classement des risques les plus probables pour 2016.

    Selon le rapport sur les risques mondiaux en 2016 du Forum économique mondial (WEF), l'ordre du jour global de l'année qui vient de commencer sera apparemment formé à partir de la probabilité accrue des risques dans tous les domaines depuis l'environnement jusqu'à l'économie et la géopolitique en passant par la vie sociale et les technologies.

    Cette année, près de 750 experts ont évalué la puissance de l'impact et la probabilité de 29 risques mondiaux pour les 10 ans à venir. Cette gamme d'évaluation des risques est la plus vaste par rapport aux dix éditions précédentes du rapport.

    Ces derniers temps, les liens entre les risques se multiplient, notamment le lien entre les changements climatiques et la migration forcée ou la sécurité internationale. Souvent ces liens entraînent de graves et imprévisibles conséquences.

    Les experts interrogés par le WEF estiment que l'échec des efforts visant à atténuer les conséquences des changements climatiques représente le risque mondial le plus important en termes d'impact. Pour la première fois depuis 2006, le risque écologique arrive en première position ayant devancé la probabilité de l'utilisation d'armes de destruction massive. Il a été également reconnu plus dangereux que les crises d'approvisionnement en eau (troisième position), la migration forcée de grande envergure (quatrième) et un brusque changement du prix des vecteurs d'énergie (cinquième).

    La migration arrive en tête du classement des risques les plus probables et le taux de probabilité et la force d'impact de ce risque augmentent plus rapidement que les autres. La migration est suivie par les cataclysmes climatiques, les conséquences des changements climatiques, un conflit interétatique aux conséquences d'envergure régionale et de grandes catastrophes naturelles.

    Les cyberattaques constituent actuellement le plus grave risque pour le monde des affaires en Amérique du Nord, au Japon, en Allemagne, en Suisse et à Singapour.

    De leur côté, les chefs d'entreprise russes sont préoccupés par deux groupes de risques susceptibles de menacer les affaires au cours de ces dix prochaines années. Le premier groupe comprend les risques liés à la crise budgétaire, à une inflation non contrôlée et à des conflits internationaux. Un autre est formé par les risques liés au prix des hydrocarbures, à une profonde instabilité sociale ou à des dysfonctionnements des institutions et mécanismes financiers.

    Cette année, les auteurs du rapport ont relevé des tendances communes pour les économies évoluées et en développement. Le chômage et l'emploi à temps partiel représentent le risque le plus important pour les affaires dans plus d'un quart des 140 économies examinées dans le rapport.

    Le prix des hydrocarbures est le deuxième risque le plus répandu qui figure parmi les cinq risques principaux dans 93 économies. Les cyberattaques concernent essentiellement 27 économies.

    En 2016, le Forum économique mondial aura lieu à Davos du 20 au 23 janvier.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Violences à Cologne: Merkel annule sa visite à Davos
    Écologie: un Chinois crée une "brique" de smog pour tirer la sonnette d'alarme
    Une COP21 sous influence des multinationales
    Tags:
    hydrocarbures, crise migratoire, réchauffement climatique, migration, écologie, Forum économique mondial de Davos 2015, Danube, Amérique du Nord, Singapour, Suisse, Japon, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik