International
URL courte
La crise irano-saoudienne (2016) (46)
5575
S'abonner

Les autorités saoudiennes se sont surestimées et perdent leur leadership à l'OPEP, le soutien des États-Unis dans la région et leur influence sur les chiites saoudiens.

Le Royaume puissant d'Arabie saoudite, qui a longtemps dicté les prix mondiaux du pétrole, rencontre actuellement de grandes difficultés économiques et politiques, rapporte l'édition en ligne OilPrice.

"Les Saoudiens perdent les guerres indirectes en Syrie et au Yémen, leur leadership à l'OPEP est menacé, ils ne peuvent pas gagner la guerre des prix du pétrole et l'alliance de longue date avec l'Occident est remise en question. Contrairement à l'Arabie saoudite, l'Iran progresse sur tous les fronts", affirme l'édition.

Riyad s'inquiète principalement de sa perte de terrain à l'OPEP. L'Arabie saoudite a été le leader incontesté de l'organisation, mais le boom du schiste aux États-Unis, l'augmentation de la production du pétrole en Russie et le retour d'un Iran fort sont de nouveaux défis pour les Saoudiens. En outre, les réserves financières saoudiennes reculent rapidement sur fond d'effondrement des prix du pétrole.

De plus, l'Arabie saoudite se dispute l'influence en Syrie et au Yémen avec Téhéran qui bénéficie d'un apriori favorable de la part des chiites. L'Iran a également réussi à gagner un certain soutien de la part des Etats sunnites. Ayant exécuté l'ayatollah chiite Nimr al-Nimr début janvier, les Saoudiens reconnaissent indirectement que l'influence iranienne accroît sur les chiites en Arabie saoudite, qui constituent 15% de la population totale. Le gouvernement du royaume semble se sentir menacé sur son propre territoire.

Riyad se rend compte qu'il ne peut pas vaincre Téhéran dans un affrontement direct. Les généraux iraniens sont aguerris, alors que les postes militaires clés en Arabie saoudite sont occupés par des proches de la famille royale. En outre, les autorités saoudiennes ne pourraient pas compter sur l'aide des États-Unis dans le cas d'une éventuelle confrontation avec l'Iran et, sans le soutien de Washington, les Saoudiens n'ont aucune chance de vaincre Téhéran.

Dossier:
La crise irano-saoudienne (2016) (46)

Lire aussi:

De quoi l’Arabie Saoudite a-t-elle peur ?
La vente d’armes à l’Arabie Saoudite : qui sera le premier à dire « non » en Occident ?
Les pays du Golfe se rangent du côté de l'Arabie saoudite
L'Occident est-il condamné à vendre des armes à l'Arabie saoudite?
Arabie saoudite: prix pétroliers sous pression politique?
Conflit Iran-Arabie saoudite: Bagdad assumera la médiation
"L'Arabie saoudite n'est pas intéressée par la paix en Syrie"
Tags:
Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, prix du pétrole, chiites, confrontation, sunnites, OPEP, Hassan Rohani, Riyad, Téhéran, Arabie Saoudite, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook