International
URL courte
351091
S'abonner

En commentant lundi la levée des sanctions décrétées contre Téhéran, le président iranien Hassan Rohani a fait savoir que son pays n'avait pas l'intention de rétablir intégralement les relations économiques avec les États-Unis.

Exception faite des importations d'avions américains ou des exportations de pistaches et de tapis iraniens. Cependant, Téhéran est prêt à accorder certains avantages aux sociétés américaines si elles n'opèrent pas depuis les États-Unis.

L'agence Sputnik Persian a demandé à Hossein Sheikholeslam, conseiller diplomatique du président du parlement iranien, de commenter les propos de Hassan Rohani.

"Le groupe 5+1 [cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu et l'Allemagne, ndlr] a été l'unique format dans lequel nous avons négocié avec les Etats-Unis. Ces négociations ont eu pour seul objet la mise au point d'un plan d'action global conjoint. Notre dialogue avec les Américains n'a pas porté sur les questions régionales et nous n'envisageons pas de les évoquer lors de nos contacts ultérieurs", a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Selon lui, si l'Iran a accepté de mener des négociations avec les États-Unis, c'est parce que ces derniers faisaient partie du groupe 5+1. "Les futurs contacts entre Téhéran et Washington dépendront uniquement de la mise en œuvre du Plan d'action global conjoint [relatif au programme nucléaire iranien, ndlr]. Si les Américains respectent leurs engagements contractés dans le cadre de ce document, l'Iran acceptera de négocier avec eux. Quant aux questions politiques régionales, nous n'avons pas besoin de dialoguer avec Washington", a indiqué Hossein Sheikholeslam.

Cet avis est partagé par un autre interlocuteur de Sputnik, le docteur Fouad Izadi, spécialiste du Proche-Orient et professeur à la chaire d'étude des États-Unis de l'Université de Téhéran.

"Quelles que soient les négociations, les parties doivent nécessairement faire preuve de souplesse pour aboutir à des compromis. Or, ce n'est pas la souplesse qui caractérise les États-Unis. Au contraire, ils s'efforcent d'imposer leurs intérêts sans tenir compte de notre position. Voici pourquoi l'Iran considère qu'un dialogue avec les États-Unis ne mènera nulle part et que toute négociation avec ce pays sera une perte de temps", a indiqué le docteur Izadi.

Selon lui, l'avenir des contacts irano-américains est pour le moment incertain.

Le guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei
© AP Photo / Office of the Iranian Supreme Leader
"Les relations entre l'Iran et les Etats-Unis dépendent des Américains. Si ces derniers décident d'aggraver le problème du dossier nucléaire iranien en prorogeant les sanctions en vigueur ou en décrétant de nouvelles mesures restrictives, s'ils poursuivent leur politique visant à renverser le régime actuel en Iran, nos relations avec ce pays n'auront pas d'avenir. Mais si les États-Unis renoncent à cette politique, nos relations finiront par s'améliorer. Or, rien n'indique pour le moment que Washington envisage de modifier sa position", a conclu l'expert iranien.

Lire aussi:

USA: l'accord nucléaire avec l'Iran est de moins en moins populaire
Kerry évoque un "dégel" dans les relations USA-Iran
En Iran, manifestations massives contre les USA
Guy Georges pourrait être remis en liberté sous peu malgré ses nombreux viols et meurtres
Tags:
accord, Six médiateurs internationaux, programme nucléaire iranien, Hassan Rohani, Téhéran, Washington, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook