Ecoutez Radio Sputnik
    L'Islande accueille ses premiers réfugiés syriens

    L'Islande accueille ses premiers réfugiés syriens

    © AFP 2019 Haraldur Guðjónsson
    International
    URL courte
    Crise migratoire (788)
    9519
    S'abonner

    L'Islande a reçu mardi ses premiers réfugiés syriens, six familles arrivées d'un camp de la Croix-Rouge au Liban, et qui ont été accueillies à l'aéroport par le Premier ministre Sigmundur Davíd Gunnlaugsson en personne.

    Le chef du gouvernement leur a dit "espérer qu'elles se plairaient en Islande", ont déclaré ses services dans un communiqué.

    Ces 35 personnes ont bénéficié de la volonté de trois municipalités, Akureyri (nord), et Kopavogur et Hafnarfjordur près de la capitale Reykjavik, d'accueillir des familles ayant dû fuir le conflit qui a dévasté leur pays.

    "Voilà un grand pays"

    "Merci l'Islande, voilà un grand pays", a déclaré un père de famille syrien cité par le quotidien Morgunbladid.

    Des logements et des programmes d'insertion sociale spécifiques les attendent.

    "Tous les efforts seront faits pour aider les réfugiés à bâtir une vie nouvelle en Islande et à s'adapter aux conditions de vie ici, afin de participer activement à la société islandaise", a expliqué le gouvernement.

    Quatre autres familles doivent arriver ultérieurement. Certaines autres auxquelles il a été proposé de se rendre sur cette île ont décliné l'offre, d'après le ministère des Affaires sociales.

    Selon les statistiques nationales, 21 Syriens ont immigré en Islande entre 2011, l'année où a commencé le conflit, et 2014.

    Dossier:
    Crise migratoire (788)

    Lire aussi:

    Réfugiés: Berlin durcit sa politique
    Suède: l’exil à Norrland, punition pour les petits réfugiés pas sages?
    En Suède, des cours d’éducation sexuelle pour les enfants réfugiés
    Réfugiés: l’Allemagne veut activer le renvoi des Algériens et Marocains
    Tags:
    Sigmundur David Gunnlaugsson, crise migratoire, réfugiés, Islande, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik