Ecoutez Radio Sputnik
    Membres de la branche belge du mouvement allemand Pegida

    Harcèlements de Cologne: Pegida prépare une réponse

    © REUTERS / Eric Vidal
    International
    URL courte
    Crise migratoire (785)
    3631

    Près de 90% des Européens ont peur des migrants et des dangers potentiels qu’ils peuvent représenter, affirme un parlementaire tchèque, partisan convaincu du mouvement allemand Pegida.

    Les représentants du mouvement des Européens patriotes contre l'islamisation de l'Occident (Pegida) envisagent de se réunir samedi 23 janvier à Prague. A quelle fin? L'agence Sputnik a posé cette question à Marek Černoch, membre du club parlementaire tchèque Úsvit (Aube de la démocratie directe).

    "Nous tenons à examiner les détails d'une manifestation que les Européens patriotes envisagent d’organiser début février dans l'ensemble de l'UE pour empêcher la répétition des actes de violence perpétrés à Cologne et dans d'autres villes allemandes. La situation migratoire s'aggrave de jour en jour: l'an dernier, plus d'un million de réfugiés sont arrivés en Europe et trois autres millions sont attendus cette année. Ceci étant, nous voyons que l'Union européenne est incapable de protéger ses citoyens contre les risques engendrés par des ressortissants d'Afrique et du Proche-Orient", a déclaré Marek Černoch.

    Selon lui, il est indispensable d'adopter des mesures rigoureuses contre l'immigration clandestine, "contre ceux qui refusent de s'adapter à la vie européenne et qui rejettent nos traditions et notre culture".

    "Mais que voyons-nous? La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini s'est récemment rendue à Prague. Nous avons entendu dire que les violences de masse à Cologne n'avaient rien d'extraordinaire et que ces choses étaient courantes. Les médias allemands et européens s'efforcent de facto de minimiser le caractère tragique des actions perpétrées par les barbares nouvellement débarqués. Nous réclamerons les mesures les plus sévères contre les migrants, car nous voulons protéger nos femmes, nos enfants et tous les Européens", a souligné l'interlocuteur de l'agence.

    Interrogé sur la proportion des Européens qui partagent les idées du mouvement Pegida, Marek Černoch a répondu qu'il ne disposait pas de chiffres exacts.

    "Les sondages effectués en République tchèque montrent qu'environ 90% des citoyens ont peur des migrants et des risques dont ils sont porteurs. Je pense que la proportion de ceux qui partagent cet avis est à peu près la même en Allemagne, en Hongrie, en Pologne, en Lituanie, en Autriche et dans l'ensemble de l'Union européenne. Mais sont-ils tous des xénophobes et des racistes? Faut-il leur reprocher un manque de tolérance? Bien sûr que non. Personnellement, je n'attache aucune importance à la couleur de peau d'une personne. L'essentiel c’est qu'elle soit un bon voisin", a indiqué Marek Černoch.

    Il a fait savoir que les organes directeurs de l'Union européenne ne veulent pas régler le problème de la migration.

    "Je suis intervenu à plusieurs reprises à la commission des Affaires européennes du parlement tchèque et au Conseil de l'Europe à Strasbourg en proposant d'adopter des lois susceptibles de réguler les flux migratoires. Mais mes efforts n'ont pas abouti. On nous a laissés de facto seul à seul avec ce problème", a constaté le parlementaire tchèque.

    "Bref, tant qu’il n’y aura pas de loi unique pour tous, le chaos se poursuivra. Pegida fait tout son possible pour y mettre un terme. Sinon nous serons submergés par des millions de réfugiés qui apportent avec eux le terrorisme, l'islamisme radical et une culture étrangère en Europe", a conclu Marek Černoch.

    Dossier:
    Crise migratoire (785)

    Lire aussi:

    Allemagne: Pegida veut s'affirmer en tant que force politique
    Allemagne: le mouvement anti-islamisation Pegida marchera à Dresde et à Leipzig
    Amazon détourne l'hymne sans paroles de Pegida
    Tags:
    harcèlement, crise migratoire, immigration clandestine, Union européenne (UE), Pegida (mouvement), Marek Černoch, Federica Mogherini, Cologne, République tchèque, Prague, Europe, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik