Ecoutez Radio Sputnik
    La Mère-Patrie

    La décommunisation en Ukraine tourne au délire

    © Sputnik . Alexei Filippov
    International
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    1431140
    S'abonner

    Symbole de Kiev, la statue de la Mère-Patrie, érigée en mémoire de la Grande guerre patriotique de 1941-1945, devrait se voir ôter le symbole du pays qui a remporté cette guerre, au prix de dizaines de millions de vies.

    Les armoiries de l'Union soviétique décorant la statue de la Mère-Patrie, érigée en mémoire de la Grande guerre patriotique de 1941-1945 à Kiev et symbole de l'histoire de la ville, seront retirées, a annoncé mercredi l'historien Vladimir Viatrovitch sur son compte Facebook.

    Зі щитом, але без совка на ньому. Герб СРСР буде усунено з щита скульптури "Батьківщина-мати".

    Опубликовано Volodymyr Viatrovych 20 января 2016 г.

    Selon lui, une résolution dans ce sens a été adoptée "par les experts lors d'une réunion".

    Les anciens combattants de la Grande Guerre patriotique de 1941-1945, qui a coûté la vie à environ 27 millions de Soviétiques, sont profondément indignés. Pour les survivants il s'agit d'une énorme indignation, aujourd'hui ils ne sont pas très nombreux à avoir survécu à cette terrible guerre et à avoir combattu les nazis pour protéger leur patrie, l'Union soviétique, dont l'Ukraine faisait partie à l'époque. Cependant, les protestations de ces vétérans ne sont pas prises en compte en Ukraine.

    Le coût des travaux de démontage ne gêne pas non plus les "pourfendeurs de l'héritage soviétique". Or, la hauteur de la statue en acier inoxydable est de 62 m. Le bouclier que brandit le personnage fait 13 m de haut et 8 m de large et pèse 13 tonnes. Pour mémoire, le pays traverse actuellement une profonde crise économique et le niveau de vie pour une large partie de la population, y compris des anciens combattants, laisse beaucoup à désirer.

    La statue, construite en 1981, se trouve au sommet du musée initialement dédié à la Grande guerre patriotique. Dans le hall du Mémorial du musée se trouvent des plaques de marbre avec les noms gravés de plus de 11.600 soldats et 200 ouvriers du front honorés durant la guerre du titre de "Héros de l'Union soviétique" et "Héros du travail socialiste". Aujourd'hui, il s'est transformé en un Musée de l'histoire de l'Ukraine dans la Seconde Guerre mondiale.

    En avril 2015, dans une tentative de décommunisation du pays, le parlement ukrainien a interdit les symboles soviétiques et communistes et change systématiquement les noms des rues et des monuments liés aux personnalités soviétiques. Qui plus est, des classiques de la littérature russe, décédés bien avant la Révolution d'octobre de 1917 comme Pouchkine, Lermontov et Tchékhov, ainsi que le premier homme dans l'espace, Iouri Gagarine sont tombés sous le coup de la loi « Sur la condamnation des régimes totalitaires communiste et national-socialiste en Ukraine et de l'interdiction de la propagande de leurs symboles ».

    Dans le cadre de la décommunisation, l'Ukraine a également détruit, au cours de deux dernières années, de nombreux monuments à Lénine, dont des œuvres de haute qualité. Elle a en outre interdit la diffusion en Ukraine de films et séries de production russe. De plus, le Comité d'Etat de la télévision et radiodiffusion ukrainien a publié une liste de livres imprimés en Russie et interdits d'importation en Ukraine. Des mesures soi-disant prises pour éviter de "désinformer" les citoyens ukrainiens.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Kiev en proie à une "hystérie anticommuniste"
    Sept conseils aux élèves kiéviens pour oublier la langue de l'ennemi
    Comment Kiev cherche à "décommuniser", à la manière soviétique
    Ukraine: la "désoviétisation" n’est pas au goût de tout le monde
    "Loi de décommunisation" ukrainienne: une menace pour la liberté d'expression
    Tags:
    décommunisation, Seconde Guerre mondiale, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik