International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
4119
S'abonner

Les forces armées américaines devraient assumer la responsabilité de 14 nouveaux cas de bombardements en Irak et en Syrie ayant faits au moins 15 morts et 14 blessés parmi la population civile. Auparavant, l'administration des Etats-Unis n'a plaidé coupable que pour deux cas du genre.

Pendant plusieurs mois, le Pentagone était réticent à admettre sa culpabilité quant aux victimes de sa campagne militaire contre l'Etat Islamique (EI). Mais selon le journal The Daily Beast, dans un avenir très proche (deux ou trois semaines) elle sera obligée de le faire.

C'est justement à leur intention d'éviter les pertes parmi la population civile que les dirigeants américains se référaient afin de justifier leur refus de bombarder des cibles de Daech lui servant de sources de revenu, y compris des convois transportant le pétrole de contrebande de Syrie et d'Irak.

Néanmoins, la semaine dernière, les Etats-Unis ont déclaré avoir bombardé une banque de Daech dans la ville irakienne de Mossoul.

Les enquêtes sur les cas de morts de civils suite aux frappes aériennes en Irak et en Syrie s'avèrent extrêmement difficiles ou parfois impossible. Cela est dû au fait que ni les enquêteurs du Pentagone, ni les observateurs indépendants ne peuvent, au lendemain des frappes, avoir un accès sûr, au sol, en vue d'évaluer l'ampleur des dégâts humains sur les sites ayant été bombardés.

Depuis le début de l'opération militaire américaine contre l'Etat Islamique, qui remonte au juin 2014, les forces armées US ont effectué 7.500 frappes au total sur les positions de Daech.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

Les USA profitent du trafic de pétrole de Daech
Les USA se rangent du côté des contrebandiers du pétrole du Daech
Les USA refusent de frapper les champs pétrolifères de Daech
«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Tags:
coalition, civils, victimes, population, frappe aérienne, terrorisme, Pentagone, Etat islamique, Mossoul, Syrie, Irak, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook