Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    La Syrie met Washington en garde contre l'envoi de troupes au sol

    © AFP 2019 SAMEER AL-DOUMY
    International
    URL courte
    1101957
    S'abonner

    Le secrétaire US à la Défense a récemment proposé d'envoyer des forces terrestres à Mossoul et à Raqqa, bastions de l'Etat islamique en Irak et en Syrie.

    L'éventuel déploiement de militaires américaines en Syrie évoqué par Ashton Carter sera considéré comme une agression, a déclaré l'ambassadeur syrien en Russie Riad Haddad.

    "Toute ingérence dans les affaires syriennes sans l'aval du gouvernement légitime constitue une agression à l'encontre du peuple syrien", a fait savoir le diplomate.

    Dans une interview accordée le 22 janvier à la chaîne CNBC, Ashton Carter a estimé qu'un contingent américain devrait être déployé à Mossoul et à Raqqa, qui sont les fiefs de Daech en Irak et en Syrie respectivement.

    Homs
    © Sputnik . Valery Melnikov
    Dans une tribune publiée le même jour dans le magazine Politico, M.Carter a annoncé que les Etats-Unis comptaient envoyer prochainement 1.800 soldats en Irak pour combattre l'EI. Dans le même temps, le chef du Pentagone a souligné que les Américains ne remplaceraient pas les forces locales dans leur lutte contre les djihadistes.

    Les Etats-Unis dirigent une coalition internationale composée de 65 pays qui mène des frappes aériennes contre les positions des djihadistes de l'EI en Syrie et en Irak.

    Lire aussi:

    L'Onu confirme un massacre de civils à Deir el-Zor en Syrie
    Syrie: les USA se préparent à une guerre longue
    La Russie propose d'informer le public sur les frappes de la coalition en Syrie
    Syrie: la guerre a fait plus de 55.000 morts en 2015
    Tags:
    agression, ingérence, intervention, troupes terrestres, coalition, frappe aérienne, crise syrienne, conflit, djihadisme, lutte antiterroriste, Etat islamique, Pentagone, Riad Haddad, Ashton Carter, Mossoul, Raqqa, Irak, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik