International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
4161
S'abonner

L’un des détenus recevait des directives de l’organisateur des attentats de Jakarta, qui se trouve actuellement en Syrie, rapporte la police malaisienne.

La police de la Malaisie a intercepté sept membres du groupe radical Daech qui s'apprêtaient à commettre des attentats terroristes dans le pays, rapporte le journal Straits Times se référant à la déclaration de la police.

Selon le chef de la police locale Khalid Abu Bakar, ces arrestations font suite à celle d'un membre de l'EI, à la mi-janvier, qui envisageait également d'organiser un attentat en Malaisie.

L'un des détenus recevait des ordres du militant indonésien Bahrun Naim, soupçonné d'être le cerveau des attentats qui ont eu lieu à Jakarta le 14 janvier dernier.

"Les suspects projetaient d'attaquer des sites stratégiques du pays", a déclaré le chef de la police.

Dans le cours des arrestations, qui se sont échelonnés sur trois jours dans plusieurs Etats malaisiens, les policiers ont confisqué un stock d'armes ainsi que du matériel de propagande.

Plus tôt, entre les 11 et 15 janvier, la police malaisienne avait intercepté à l'aéroport international de Kuala Lumpur trois individus soupçonnés d'appartenance à Daech alors qu'ils tentaient de fuir en Syrie.

A la mi-janvier, la police malaisienne déclarait que la Malaisie connaissait alors son niveau le plus élevé de menaces terroristes. Le gouvernement a pris des précautions dans les endroits les plus populeux ainsi qu'aux frontières afin de prévenir l'infiltration de terroristes dans le pays.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

Washington enverra une division d'élite en Irak pour lutter contre Daech
Nouvelles victimes civiles des frappes US contre Daech
Afghanistan: les USA mèneront des frappes aériennes contre Daech
La coalition internationale calcule les pertes de Daech
Tags:
lutte antiterroriste, interception, attentat, police, Etat islamique, Khalid Abu Bakar, Malaisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook